ASIE/BENGLADESH - Formation et dialogue interreligieux, les priorités du Diocèse de Khulna 

Fides FR - www.fides.org - Jue, 16/01/2020 - 11:26
Khulna – La formation permanente des fidèles catholiques et le dialogue interreligieux constituent les priorités du plan pastoral du Diocèse de Khulna pour 2020. « Notre peuple a besoin de développement et de promotion humaine en vue d’une amélioration sociale et économique des conditions de vie mais il est enthousiaste de grandir dans la foi » a déclaré à l’Agence Fides l’Ordinaire du lieu, S.Exc. Mgr James Romen Boiragi. « En général – a remarqué l’Evêque – il existe une certaine timidité parmi les edelis à témoigner leur foi ou à annoncer l’Evangile » a-t-il déclaré. Dans un tel contexte, le Diocèse de Khulna a entrepris différents programmes de formation continue dans les Paroisses s’adressant aux baptisés « de manière à ce que les personnes puissent renforcer leur foi et affronter les défis de la vie » affirme Mgr Boiragi.
Un aspect sur lequel se concentre la pastorale est également celui de « s’engager dans le dialogue et à vivre en harmonie avec des personnes d’autres fois dans un pays à majorité musulmane » raconte l’Evêque.
« La majeure partie des services offerts par des structures et instituts catholiques, tels que programmes éducatifs, sanitaires et de développement social, sont pensés et s’adressent indistinctement à tous, sans aucune discrimination de foi ou d’ethnie. Au travers de cette engagement au sein de la société et pour le bien-être de la population, nous promouvons la coexistence pacifique et réciproque avec des personnes d’autres religions » indique-t-il.
Il faut remarquer par ailleurs que le Bengladesh est un pays sujet à catastrophes naturelles telles qu’inondations, passages de typhons et de cyclones, effets des changements climatiques. L’impact le plus fort de ces phénomènes se constate surtout dans la vie des strates de la population déjà indigentes ou vulnérables, qui se retrouvent en dessous du seuil de survie. Les différents Diocèses du pays, y compris celui de Khulna, organisent et participent, aux côtés de groupes gouvernementaux et de la société civile, à des programmes de sensibilisation et de prévention s’adressant à la population vivant dans les zones à risque.
Le Diocèse de Khulna a été créé en 1952 et compte actuellement plus de 35.000 catholiques répartis en 10 Paroisses administrées par 42 prêtres outre à 80 religieuses. La population totale du Diocèse est de quelques 15 millions d’âmes en majorité musulmans.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD - Assassinat d’un missionnaire belge dans le cadre d’une présumée tentative de vol à main armée

Fides FR - www.fides.org - Jue, 16/01/2020 - 09:46
Johannesburg – « Les Oblats de Marie Immaculée en Afrique du Sud sont dévastés suite à la mort du Père Jozef Hollanders, tué dans le cadre d’un vol à main armée dans la Paroisse de Bodibe, dans les environs de Mahikeng, au sein de la province nord-ouest de l’Afrique du Sud dans la nuit du Dimanche 12 janvier » affirme un communiqué transmis à l’Agence Fides. « Son corps a été découvert lundi après-midi par un paroissien. La Police est engagée à fond dans l’enquête concernant son homicide ».
« Nous sommes profondément frappés par ce qui s’est passé. Le Père Jeff [Hollanders] a été trouvé pieds et poings liés et une corde autour du cou : une mort terrible pour quelqu’un qui a dédié toute sa vie à la mission » affirme le Père Daniël Coryn, Supérieur provincial des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée depuis Blanden, en Belgique. Selon S.Exc. Mgr Victor Phalana de Klerksdorp, Evêque de Bodibe, le missionnaire est probablement mort à cause d’un infarctus ou par étranglement.
Il n’est pas exclu que le Père Hollanders ait été victime d’une tentative de vol à main armée mais selon Mgr Phalana, les voleurs étaient mal informés : « Tous savent qu’il n’avait pas d’argent. Il a servi une communauté pauvre. Il a fait usage de chaque centime dont il disposait pour son peuple. Il a donné tout ce qu’il avait ». Selon l’Evêque, la communauté ecclésiale a été frappée durement. Le Père Hollanders était « plein d’enthousiasme, de vie et de dévouement » et il parlait couramment l’afrikaans et le tswana, une langue bantoue parlée en Afrique du Sud et au Botswana. « Il faisait partie de la vie des personnes ».
Le Père Hollanders est né en Belgique le 4 mars 1937. Il a émis ses premiers vœux comme Oblat le 8 septembre 1958 et a été ordonné prêtre le 26 décembre 1963. Il est arrivé en Afrique du Sud le 31 janvier 1965.
« Pendant 55 ans, il a été un missionnaire dévoué et fidèle dans la zone de langue Tswana, désormais Province du nord-ouest de l’Afrique du Sud – souligne le communiqué. Il aimait créer de nouvelles communautés chrétiennes, lesquelles sont devenues des Paroisses ou des stations paroissiales dans ce qui est devenu le Diocèse de Klerksdorp ».
« Il nous a été rappelé que Jésus est mort de la main d’autres [personnes NDT] et nous avons imaginé que le Père Jef [Hollanders] aurait dit lui aussi : « Pardonnez-les parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font » conclut le communiqué des OMISA.
Les obsèques du Père Hollanders se tiendront le 22 janvier à 10.00 heures locales en la Cathédrale de Klerksdorp.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/TURQUIE - Libération du moine syro orthodoxe accusé de complicité avec le PKK

Fides FR - www.fides.org - Jue, 16/01/2020 - 08:42
Mardin – Le moine syro orthodoxe Sefer Bileçen, arrêté le 9 janvier par les forces de sécurité sous l’accusation d’avoir offert aide et couverture à des militants du PKK, le « parti des travailleurs du Kurdistan », considéré comme organisation terroriste par le gouvernement turc, a été remis en liberté mais ne pourra s’éloigner de sa résidence. La libération du prêtre a eu lieu le 14 janvier à la demande de ses défenseurs et après que le religieux se sont engagé à ne pas quitter son habitations et à vivre en condition de liberté surveillée tant que les accusations de complicité avec des membres du PKK ne seront pas confirmées ou démenties.
Le Père Sefer Bileçen, prêtre du Monastère de Mor Yakup de Nusaybin – l’antique Nisibi, actuellement partie intégrante de la province turque de Mardin – avait été traduit devant un juge du tribunal local après son arrestation sous l’inculpation de concours avec une organisation terroriste. Pour lui s’étaient immédiatement ouvertes les portes de la prison.
Au cours des jours ayant suivi son arrestation, les moyens de communication turcs avaient indiqué que l’enquête sur le moine avait débuté en septembre 2018 lorsque des caméras montées sur deux drones des services de sécurité turcs avaient filmé deux militants du PKK qui entraient au monastère de Mor Yakup. Depuis lors, le monastère et en particulier le Père Bileçen avait fait l’objet de surveillance de la part des services de renseignement. En septembre dernier, un militant du PKK arrêté par les forces de sécurité turques avait confessé avoir rendu visite plusieurs fois au monastère de Mor Yakup pour manger, boire et se restaurer. D’autres témoignages reportés par les moyens de communication turcs avaient aussi confirmé que la présumée complicité reprochée au moine par les autorités turques s’était limitée à un don de nourriture et de boisson à des personnes se déclarant affamées et assoiffées.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/NIGER - Missionnaire italien encore entre les mains de ses ravisseurs à 16 mois de son enlèvement

Fides FR - www.fides.org - Jue, 16/01/2020 - 08:23
Niamey – « Dans la cour de la mission de Bomoanga toujours tenue en ordre, maintenant il n’y a plus personne pour recevoir ceux qui désiraient être écoutés, réconfortés et trouver une main ouverte pour partager leur douleur » écrit le Père Mauro Armanino de la Société des Missions africaines, confrère du Père Pierluigi Maccalli, enlevé le 17 septembre 2018 et toujours entre les mains de ravisseurs inconnus. Malgré les notes de découragement qui se diffusent à cause du silence prolongé depuis 16 mois, lorsque le missionnaire fut enlevé de sa mission de Bomoanga , la prière et l’espérance de nombreuses personnes se poursuivent sans relâche.
« Une dame du lieu, qui s’occupe d’enfants maltraités, disait que le départ du Père a représenté la mort de la communauté. Elle a ajouté être surprise de l’absence d’action de Dieu qui, selon elle, se limite à observer » remarque encore le Père Armanino. « Peut-être ne s’est-elle pas aperçue que, depuis Niamey, en passant par Bomoanga, le village de l’enlèvement du Père Maccalli, passe un fil qui n’a pas été rompu, un fil de feu et de sable appelé espérance ». Nombreux sont les confrères du missionnaire enlevé et les fidèles du Niger, d’Italie et d’autres parties du monde, qui continuent à prier et à espérer pouvoir retrouver le Père Maccalli.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/SYRIE - Nouvelle de la mort martyre des deux Evêques orthodoxes d’Alep disparus depuis 2013 et subsistance d’ombres

Fides FR - www.fides.org - Mié, 15/01/2020 - 13:24
Alep – Morts martyrs en décembre 2016 par la main de la bande de miliciens qui les avait pris en otage depuis des années : tel aurait été le sort des deux Archevêques d’Alep, le grec orthodoxe Boulos Yazigi, et le syro orthodoxe Gregorios Yohanna Ibrahim, disparus le 22 avril 2013 sans laisser de traces dans la zone comprise entre Alep et la frontière turque. C’est ce qu’affirme une enquête réalisée par une équipe conduite par Mansur Salib, chercheur syrien résidant aux Etats-Unis, et diffusée au travers de la plateforme numérique medium.com, nouveau réseau social lié à Twitter. Selon ce qu’affirment les auteurs de l’enquête, les deux Evêques orthodoxes auraient été tués par des militants de Nour al-Din al-Zenki, groupe indépendant impliqué dans le conflit syrien, financé et armé durant le conflit tant par l’Arabie Saoudite que par les Etats-Unis.
L’enquête retrace le cas, en s’attardant sur des détails considérés comme utiles pour reconstruire la dynamique des faits. Selon ce qu’indiquent les auteurs, le 22 avril 2013, les deux Archevêques orthodoxes avaient quitté Alep à bord d’un pick-up Toyota conduit par le chauffeur Fatha' Allah Kabboud dans le but d’aller traiter la libération de deux prêtres, le Père Michael Kayyal, de l’Eglise arménienne catholique et le grec orthodoxe Maher Mahfouz, enlevés précédemment par des groupes djihadistes antigouvernementaux qui contrôlaient alors les territoires se trouvant à l’est d’Alep. Boulos Yazigi et Gregorios Yohanna Ibrahim, portant des habits civils seraient tombés selon la reconstruction présentée dans l’enquête journalistique, dans un véritable piège, les deux prêtres susmentionnés ayant été enlevés pour servir d’appât et rendre possible l’enlèvement des deux Archevêques. La voiture dans laquelle se trouvaient ces derniers fut bloquée par le groupe des ravisseurs et leur chauffeur, Fatha' Allah Kabboud, un catholique de rite latin, père de trois enfants, fut tué d’une balle dans la tête. L’enlèvement ne fut revendiqué par aucun groupe.
Au cours des mois et des années qui suivirent, ont circulé à plusieurs reprises des indiscrétions et des annonces d’une prochaine libération qui se sont toujours révélées infondées.
L’enquête publiée sur medium.com fait état de l’implication dans l’enlèvement de personnages liés au MIT – le service de renseignement turc – affirmant que l’enlèvement en question et la détention ont eu lieu dans des zones devenues à l’époque « un réceptacle de services secrets étrangers » où difficilement auraient pu opérer sans appuis des « terroristes ordinaires ».
L’affaire de la disparition des deux métropolites a été rythmée par des dépistages et des diffusions de fausses informations comme celle datant de quelques jours après leur enlèvement qui les donnait pour libres et en route pour la Cathédrale syro orthodoxe d’Alep, où se réunit inutilement pour les attendre une multitude de chrétiens de la ville.
La reconstruction fait état d’informations déjà connues mais aussi d’hypothèses exposées sans preuves objectives, y compris la référence au fait qu’aurait été impliqué dans l’enlèvement en question George Sabra, responsable chrétien depuis toujours proche des groupes d’opposition au gouvernement de Damas. Est également avancée l’hypothèse selon laquelle les auteurs de l’enlèvement visaient à contraindre les deux métropolites à se convertir à l’islam pour alimenter peurs et découragement parmi les communautés chrétiennes locales.
Le témoin le plus important de ceux cités par l’enquête semble être un certain Yassir Muhdi, présenté comme l’un des geôliers des deux Evêques, qui fut par la suite arrêté par les forces syriennes. « L’enquête officielle – reconnait le dossier – n’est pas encore conclue dans la mesure où il n’a pas été possible de retrouver les dépouilles mortelles des deux ecclésiastiques ». Entre autres choses, la reconstruction affirme – en présentant des indices de faible valeur ou en agrégeant des informations privées de preuves objectives – que les deux métropolites auraient été torturés et qu’en 2015 l’un d’entre eux aurait été soigné dans une structure sanitaire d’Antioche, l’Antakya Devlet Hastanesi, en province turque d’Hatay. Dans sa section finale, le dossier affirme que les deux métropolites auraient été tués et enterrés dans un lieu non précisé en décembre 2016, alors que les zones à l’est d’Alep étaient sur le point d’être reprises par l’armée syrienne.
En conclusion, l’enquête publiée sur medium.com peut être utile pour éclairer des détails sur la dynamique de l’enlèvement et les premières phases de celui-ci mais dans de nombreux passages, il ne semble pas apporter d’éléments de certitude utiles à faire la lumière de manière définitive sur le sort de Boulos Yazigi et Gregorios Yohanna Ibrahim.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/BENIN - Dénonciation des Evêques portant sur la consommation excessive d’alcool de la part des jeunes

Fides FR - www.fides.org - Mié, 15/01/2020 - 12:27
Cotonou – « La Conférence épiscopale du Bénin est préoccupée suite à l’excessive consommation d’alcool de la part d’un vaste segment de la jeunesse de notre pays » a affirmé S.Exc. Mgr Eugène Cyrille Houndékon, Evêque d’Abomey et Vice-président de la Conférence épiscopale lors de la conférence de presse convoquée au terme de l’Assemblée plénière des Evêques tenue du 7 au 10 janvier. « Le faisant seulement pour faire plaisir à leurs camarades ou pour satisfaire un plaisir éphémères, de nombreux jeunes détruisent actuellement leur santé et compromettent leur avenir » a souligné Mgr Houndékon.
« Les Evêques du Bénin invitent parents, responsables religieux, aumôniers, mouvements de jeunes et éducateurs à différents niveaux à sensibiliser les jeunes aux divers dangers associés à l’excessive consommation d’alcool » peut-on lire dans la déclaration finale publiée au terme des travaux de l’Assemblée.
Dans la déclaration, parvenue à l’Agence Fides, les Evêques rappellent « les différentes initiatives pastorales qui ont animé dans les Diocèses le Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019 » et souhaitent vivement que l’élan missionnaire donné dans le cadre de ce mois de grâce au sein des communautés ecclésiales ne faiblisse pas mais qu’il continue à animer la vie quotidienne de tous les baptisés ».
Les Evêques invitent tous leurs concitoyens et en particulier les catholiques à une Messe d’action de grâce le 28 février à l’occasion du XXX° anniversaire de la Conférence des forces vives de la nation qui a marqué le passage pacifique et sans effusion de sang de la dictature à la démocratie.
Les Evêques indiquent avoir rencontré au cours des travaux de l’Assemblée le Président, Patrice Talon, auquel ils ont fait part de leurs encouragements pour les progrès accomplis dans l’amélioration des infrastructures du pays, et exprimé leur préoccupation concernant la situation des strates intermédiaires de la société, durement frappées par les réformes économiques adoptées récemment et par la fermeture des frontières entre le Bénin et le Nigeria.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/BOLIVIE - Face aux violences domestiques, de la nécessité de construire la paix et la fraternité

Fides FR - www.fides.org - Mié, 15/01/2020 - 11:48
La Paz – La préoccupation de l’Eglise suite à la vague de violence domestique s’étant vérifiée au cours des premiers jours de l’année, caractérisée par des meurtres de femmes et des infanticides, a été exprimée par le Père Ben Hur Soto, Secrétaire de la Pastorale de la Conférence épiscopale de Bolivie . « Au cours des 12 premiers jours de 2020, 12 femmes ont été assassinées. Le noyau familial est toujours plus souvent détruit. Des pères tuent leurs enfants et des épouses sont tuées par leurs maris » a-t-il déclaré.
Face à cette préoccupation, la CEB, par l’intermédiaire de sa section chargée des Communautés ecclésiales de base, a promu un séminaire du 10 au 12 janvier s’adressant aux jeunes afin de les sensibiliser sur ce mal qui touche la société, sur la non-violence à l’encontre des femmes et sur la revitalisation de l’Eglise.
Le Père Soto, au cours de la Messe de Dimanche dernier, fête du Baptême du Seigneur, célébrée en la Basilique mineur Saint François de La Paz, a demandé aux participants de construire la paix et de ne pas provoquer d’affrontements au sein d’une réalité qui connait de forts conflits sociaux. « En tant qu’Eglise, nous demandons à ce que vous ayez l’Esprit de Jésus-Christ, c’est-à-dire de construire la paix. Cette paix ne sera atteinte qu’en vivant et en envoyant des messages de fraternité et non des messages de menaces qui provoquent des affrontements entre tous les boliviens. Le Seigneur nous exhorte tous à construire la paix » a-t-il déclaré dans l’homélie.
La Bolivie a connu en 2019 des affrontements violents entre groupes de citoyens divisés pour des motifs politiques qui, à la fin, se sont grandement résolus . Cependant, la situation de tension sociale s’est créée à cause du manque de références, telles que les valeurs chrétiennes et les principes éthiques qui ont disparu du contexte, et ne particulier l’engagement en faveur de la formation des jeunes, ainsi que l’avait souligné peu de temps auparavant S.Exc. Mgr Gualberti, Archevêque de Santa Cruz, qui déclarait : « l’éducation est appelée à jouer un rôle fondamental, en s’occupant principalement de la formation des jeunes et des enfants aux valeurs humaines et aux vertus chrétiennes » .
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/BRESIL - Première expérience missionnaire du Diocèse de Floresta visant à montrer le visage missionnaire de l’Eglise

Fides FR - www.fides.org - Mié, 15/01/2020 - 11:25
Floresta – « Nous désirons montrer le visage d’une Eglise qui veut être missionnaire. Au sein de notre Diocèse, les missions ont contribué notablement à cela. Vous aussi vous assumez la nature missionnaire de l’Eglise » a déclaré l’Evêque de Floresta, S.Exc. Mgr Gabriel Marchesi, aux participants à la première expérience missionnaire promue par la Région nord-est 2 de la Conférence nationale des Evêques du Brésil au travers du Conseil missionnaire régional .
Du 9 au 26 janvier, 85 séminaristes, 3 religieuses, 1 laïc, 4 prêtres et 2 Evêques sont impliqués dans les activités missionnaires du Diocèse sis dans la région semi-aride du Pernambuco. Les 10 et 11 janvier ont été dédiés à la formation sur la réalité sociale et pastorale du Diocèse de Floresta. Selon la note envoyée à Fides, le Coordinateur du COMIRE NE2, le Père Edvaldo Alexandre Brito, a expliqué les buts de l’expérience missionnaire, notamment : contribuer au rapport entre action pastorale et vie universitaire ; réveiller et renforcer la spiritualité missionnaire de la sequela Christi ; s’engager dans des activités de coopération missionnaire, motiver la coopération au-delà des frontières et favoriser l’apprentissage avec les personnes en découvrant et acceptant les signes de Dieu dans leur vie.
Le Pr. Libanio Francisco da Paixão Neto, résident à Floresta, a parlé des principales caractéristiques de la région semi-aride du Pernambuco, mettant en évidence les aspects historiques, sociaux, politiques, économiques et religieux, ainsi que les mesures prises afin d’améliorer la vie des personnes. Après l’étude de la réalité locale, le père Gerson Bastos, du Diocèse de Floresta, a illustré la pastorale diocésaine.
L’Evêque de Floresta a souligné que, « sans une attitude de service, il est difficile de voir le visage de Jésus serviteur ». C’est ainsi que « nous sommes appelés à vivre l’expérience de l’Eucharistie en tant que communion avec Dieu et entre les personnes ». Le Dimanche 12 janvier, au terme de la Messe, les participants à l’expérience ont reçu la croix missionnaires et ont été envoyés dans les Paroisses de Petrolândia , Itacuruba, Carnaubeira da Penha et dans les iles se trouvant sur le fleuve São Francisco, dans la Paroisse Belém do São Francisco. Ils y resteront jusqu’au 25 janvier avant de retourner à Floresta pour une évaluation de l’expérience.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/MEXIQUE - Message des Evêques pour 2020 allant des migrants à la protection des mineurs, en passant par la violence et la liberté religieuse

Fides FR - www.fides.org - Mié, 15/01/2020 - 10:27
Mexico – « Les défis que nous avons dû affronter en 2019 sont nombreux et en tant qu’Eglise catholique, nous les avons relevé avec l’urgence et la responsabilité nécessaires. Nous continuons à prier pour les situations particulières que nous vivons actuellement et nous nous engageons de toutes nos forces pour continuer à prendre soin des personnes que le Seigneur nous a confiées ». C’est ce qu’écrivent les Evêques du Mexique dans un Message pour la nouvelle année publié le 14 janvier et portant la signature de Leurs Excellences NN.SS. Rogelio Cabrera López et Alfonso G. Miranda Guardiola, respectivement Archevêque de Monterrey, Président de la Conférence épiscopale du Mexique et Evêque auxiliaire de ce même Archidiocèse et Secrétaire général de la CEM.
« L’urgence migratoire – écrivent les Evêques dans le message parvenu à Fides – commencée au travers des grandes caravanes de 2018 et s’étant poursuivie en 2019 a été l’occasion de rendre concrète la charité de notre Eglise au Mexique envers nos frères migrants. Des milliers d’entre eux sont entrés dans notre pays au cours de ces derniers mois et le flux ne s’est pas arrêté ». La contribution de 500.000 USD offerte par le Pape François en vue de l’assistance aux migrants au Mexique a été utilisée pour réaliser 32 projets visant à répondre aux demandes émergentes en termes d’alimentation, de santé et de distribution de vêtements. Dans certains cas, ont été restructurés des centres d’accueil, désormais saturés de migrants et dans d’autres ont pu être achetés des meubles et des ustensiles. Pour la sécurité des bénévoles et des migrants, a été réalisée une clôture du périmètre de certains centres d’accueil. « Nous espérons conclure tous les projets d’ici février – écrivent les Evêques – et de pouvoir continuer à compter sur la générosité du Peuple de Dieu pour continuer à soutenir nos frères migrants ».
La deuxième question concerne la protection des mineurs. A ce propos, les Evêques rappellent les progrès effectués dans la constitution des Commissions diocésaines, dont 14 sont déjà existantes. Le Conseil national pour la Protection des Mineurs a intégré les membres de la Conférence des Supérieurs majeurs des Religieux du Mexique afin de cheminer avec les Congrégations religieuses en vue de l’éradication de tout abus sexuel sur les mineurs dans le milieu ecclésial. « Au total, au cours de ces 10 dernières années, 426 prêtres ont fait l’objet d’enquêtes et 173 procès sont encore en cours, 253 étant arrivés à leur terme et 217 prêtres ayant été démis de l’état clérical ».
« L’année 2019 a été l’une des plus violentes que nous ayons vécu dans notre pays, caractérisée par des événements qui ont profondément endommagé l’ensemble de la société ainsi que les prêtres et les églises » continue le texte, en citant les 272 centres dans lesquels, parmi de nombreux autres services, l’Eglise assiste les victimes de la violence, travaille à la réhabilitation des personnes affectées par des dépendances, assiste les femmes, les détenus, les victimes, les enfants des rues et les familles de disparus.
« Vaste est le travail social réalisé par l’Eglise catholique dans le pays – souligne le texte de la CEM. Pour continuer à collaborer en faveur de la société, nous devons mettre à jour le cadre juridique réglementant l’un des droits fondamentaux de toute société démocratique moderne, à savoir la liberté religieuse : mettre à jour la loi secondaire sur la liberté religieuse, soutenir le principe historique de séparation entre Eglise et Etat, selon les critères internationaux les plus avancés ».
Les Evêques soulignent ne demander de privilèges pour aucune association religieuse mais vouloir que « les églises et leurs ministres puissent œuvrer correctement, que la liberté religieuse soit protégée par une protection légale efficace et que les droits et devoirs suprêmes des hommes soient respecter pour développer librement la vie religieuse au sein de la société. Nous professons l’authentique séparation entre l’Eglise et l’Etat et la pleine autonomie de chacun d’entre eux dans leurs domaines spécifiques ».
Le Message se conclut sur une invitation des Evêques du Mexique à considérer avec foi et espérance cette année 2020, afin qu’elle soit « une année au cours de laquelle règnent la paix, la réconciliation et le dialogue, une année durant laquelle tous, en tant que société, s’engagent à prendre soin de leur prochain et de la maison commune » en tournant les yeux et le cœur vers le Christ Sauveur.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/COREE DU SUD - Augmentation de 50%du nombre des baptisés au cours des 20 dernières années

Fides FR - www.fides.org - Mié, 15/01/2020 - 09:37
Séoul – Le nombre de catholiques en Corée du Sud a constamment augmenté au cours de ces 20 dernières années. Selon le rapport publié par l’Institut de Pastorale catholique de Corée envoyé à l’Agence Fides, le nombre de fidèles coréens a augmenté de 48,6% en vingt ans, passant de 3,9 millions d’âmes en 1999 à 5,8 millions en 2018, ce qui fait qu’ils constituent aujourd’hui 11,1% de la population totale du pays.
En particulier, le Diocèse de Suwon, au sud de Séoul, a enregistré le plus fort taux d’augmentation, soit 89% en 20 ans, suivi par le Diocèse de Daejeon et par celui d’Uijeongbu, au nord de la capitale .
Au cours de ces dernières années, le taux de croissance annuel chez les catholiques s’est ralenti et avoisine 1%. En 2000 et en 2001, la population catholique a augmenté respectivement de 3,2 et de 3,9%, le taux de croissance ayant été par la suite de quelques 2% jusqu’en 2009 pour passer à 1,7% en 2010 et rebondir à 2,2% en 2014 suite à la visite du Pape François en Corée du Sud. Il s’est ensuite établi autour de 1% en moyenne annuelle.
En ce qui concerne le rapport entre la population catholique et la population totale de la nation, il a augmenté pour passer de 8,3% en 1999 à 11,1% en 2018. En examinant également la participation des fidèles à la Messe dominicale, un indicateur considéré comme clef de la vie religieuse des croyants, le rapport note une baisse de quelques 10%, passant de 29,5% à 18,3% au cours des vingt années prises en considération.
Le texte indique : « La diminution de la participation des fidèles à la Messe dominicale est notable. Tous les Diocèses ont effectué des efforts pour ramener les fidèles à l’église mais aucun changement significatif ne s’est encore produit » susceptible d’avoir un impact sur les résultats généraux. L’Institut invite dès lors à « réfléchir sur l’actuelle œuvre missionnaire et à considérer la direction de la foi et de l’évangélisation dans le milieu ».
Selon le document parvenu à Fides, un autre facteur à prendre en compte est le rapide vieillissement de la population catholique en Corée.
De 2003 à 2018, les catholiques d’âge inférieur à 9 ans et les adolescents constituaient respectivement 32,4% et 33,2% de la population catholique. Désormais, les fidèles d’âge adulte ou âgés ont augmenté de manière sensible. Les quinquagénaires ont enregistré +76,9%, les plus de 60 ans +93%, ceux de plus de 70 ans +117% et ceux de plus de 80 ans +251,6%.
Entre temps, le nombre des mariages célébrés à l’église a diminué de 41,5% passant de 24.227 en 1999 à 14.167 en 2018.
Les vocations au sacerdoce ministériel ne manquent pas, indique l’Institut, le nombre de prêtres ayant augmenté de 52,2%, passant de 2.972 à 4.456 au cours de la même période, bien que le nombre de séminaristes ait diminué de 17,7%, passant de 1.547 à 1.273.
L’élan missionnaire est notable puisque le nombre de missionnaires envoyés à l’étranger par les Eglises coréennes a augmenté de 204,2%, passant de 356 en 1999 à 1.083 en 2018.
Categorías: De l’Eglise

VATICAN - Le congé de S.Em. le Cardinal Fernando Filoni de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples « pour se dédier désormais à la mission inter gentes »

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 13:54
Cité du Vatican – « Aujourd’hui, dans le monde entier, est nécessaire une annonce renouvelée de l’Evangile, non seulement dans les traditionnels territoires de mission mais également sur les continents d’antique évangélisation. De la mission ad gentes, on est passé aujourd’hui à la mission inter gentes. Chaque baptisé est un missionnaire et si par le passé l’annonce de l’Evangile était l’apanage de prêtres et religieux, aujourd’hui, nous remarquons une extraordinaire participation des laïcs, tant individuellement qu’en tant que membres de mouvements et de groupes ecclésiaux. Parmi eux, se trouvent également – nouveauté suscitée par l’Esprit Saint – des couples d’époux et des familles avec enfants qui participent avec ferveur à l’œuvre d’évangélisation. Ceci est un grand motif d’espérance ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides S.Em. le Cardinal Fernando Filoni qui achève demain, 15 janvier, son mandat à la tête de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples dont il demeure Préfet émérite, pour débuter son service en tant que Grand Maitre de l’Ordre équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem.
Le Cardinal a voulu rappeler à cette occasion « l’importante responsabilité de la Congrégation envers plus de 1.200 circonscriptions ecclésiastiques en Afrique, en Asie, en Océanie et en Amérique », expliquant que, pour « entrer en contact avec les jeunes Eglises », en près de neuf années à la tête du Dicastère missionnaire, il a effectué une cinquantaine de voyages, occasion propice pour rencontrer et écouter les Eglises locales, afin de « leur faire connaitre l’activité de la Congrégation et, dans le même temps, comprendre leurs besoins ». Cette écoute a été fonctionnelle dans l’œuvre primordiale de Propaganda Fide, à savoir celle de nommer Evêques et Vicaires apostoliques au sein des Diocèses des territoires relevant de sa juridiction, pour « avoir l’intuition du type de Pasteur attendu par chaque communauté ».
Le Préfet émérite a voulu à nouveau attirer l’attention sur l’œuvre précieuse de formation menée par la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples qui, grâce au soutien des Œuvres pontificales missionnaires, offre quelques 500 bourses d’études à des séminaristes, prêtres et religieuses des territoires de mission et des jeunes Eglises dépendant du Dicastère missionnaire et assure la mise à jour destinée aux nouveaux Evêques, aux Recteurs et aux enseignants des Séminaires des territoires de mission.
Alors, face à la baisse des offrandes collectées à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, qui permettent aux Œuvres pontificales missionnaires de soutenir des milliers de projets de par le monde, le Cardinal Filoni a lancé un appel : « Si chaque baptisé donnait l’équivalent d’un dollar américain seulement chaque année pour les missions, il serait possible de répondre aux attentes et aux besoins de vastes populations indigentes ».
Au terme du mandat du Cardinal S.Exc. Mgr Giampietro Dal Toso, Secrétaire adjoint de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples et Président des Œuvres pontificales missionnaires, l’a salué en ces termes : « Vous nous avez donné sécurité dans le travail. La mission de Préfet de Propaganda Fides n’est en rien facile, en particulier en ce qu’à cette Congrégation est confié un devoir très délicat, celui de pourvoir à la succession apostolique. Dans ce cadre, nous nous sentions sûrs de votre expérience, de votre discernement, fruit d’une écoute attentive, de votre sagesse, qui a guidé vos choix y compris dans le cadre de situations extrêmement compliquées. Cette conduire sûre a son fondement particulier dans une attitude de vie que je ne peux passer sous silence : votre abnégation, c’est-à-dire dire « non » à soi-même pour servir plus librement l’Eglise ». Mgr Dal Toso, a par ailleurs ajouté, un traditionnel souhait du Haut Adige, sa région de provenance : « Vergelt’s Gott », c’est-à-dire « Que Dieu vous récompense » : Dieu vous récompense en consolation, bénédictions, compagnie, tout le bien que vous avez fait et voulu pour les missions depuis votre charge ».
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Message de la Conférence épiscopale sur les effets des 125 ans d’Evangélisation

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 13:17
Bangui – « Après 125 ans d’évangélisation, nous rendons grâce à Dieu pour Son œuvre de salut dans la vie du peuple centrafricain au travers de l’engagement d’hommes et de femmes de foi. Nous rendons hommage à tous les missionnaires, religieux et laïcs, dont le témoignage de foi et de dévouement a été et demeure un modèle dans la construction de communautés ecclésiales. En outre, nous nous inclinons devant la mémoire de ceux qui suivirent Jésus-Christ au Calvaire et portèrent Sa souffrance dans leurs corps en tant que martyrs » écrivent les Evêques de République centrafricaine dans le Message publié au terme de leur Assemblée ordinaire tenue du 6 au 12 janvier près la Cathédrale de Bangui.
Rappelant le Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019, les Evêques affirment vouloir « apporter un regard sur la vie missionnaire de l’Eglise et transmettre un message d’espérance, de paix et de réveil de la conscience ».
« Nous bénissons le Seigneur pour Son Esprit qui guide l’Eglise en République centrafricaine dans ses engagements en faveur de la justice, des droits fondamentaux, de l’amélioration des conditions de vie des populations et du règlement non violent des conflits, en particulier dans les pires moments de notre histoire » continue le Message dont le texte est parvenu à l’Agence Fides.
« Toutefois, il est bien connu qu’il reste beaucoup à faire en vue d’une reprise efficace de notre pays – avertissent les Evêques. Le conflit qui fait rage avec toutes ses conséquences dramatiques fait apparaitre des formes de contre-témoignage dans notre vie. Certains chrétiens séparent leur vie professionnelle de leur vie de foi. D’autres mêlent des pratiques de magie aux célébrations sacramentelles. D’autres encore se laissent attirer par des sectes et sociétés secrètes – franc-maçonnerie, roses croix etc.. Enfin, certains abandonnent les grandes valeurs d’unité, de dignité, de travail, de respect, de solidarité et d’honnêteté en faveur de gains faciles et de la poursuite de leurs propres intérêts ».
Tout en exprimant leur satisfaction pour l’action du gouvernement en matière de renforcement des forces de sécurité, les Evêques soulignent que « la solution au conflit armé en République centrafricaine n’est pas seulement militaire. Nous nous demandons à ce propos : quand disposerons-nous d’une formation de qualité et d’un recrutement massif d’enseignants, de professeurs, d’infirmiers et de médecins ? ».
Les Evêques concluent leur message par une série de recommandations aux diverses composantes de la société centrafricaine. En particulier, ils demandent au gouvernement de s’engager à respecter la Constitution et d’organiser des élections libres et transparentes dans les délais prévus par la loi.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/CHILI - Milliers de pèlerins présents à la fête de l’Enfant Jésus de Sotaqui en prière pour le Chili

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 12:58
Sotaquí – Le soleil cuisant n’a pas découragé des milliers de pèlerins et de dévots de l’Enfant Jésus de Sotaqui qui, Dimanche 12 janvier, ont participé à la Grande fête 2020, l’une des fêtes religieuses les plus importantes et les plus ressenties du Chili, dont le programme a été guidé par la devise « Prions pour le Chili ». Face à la grave crise sociale et religieuse que traverse le pays, la fête et la neuvaine qui l’a précédée, du 3 au 11 janvier, ont voulu inviter tout un chacun à une grande prière pour le pays.
Le Père José Antonio López, Recteur du Sanctuaire, a souligné la signification de la fête, qui s’est concentrée sur la prière pour le pays. « En cette occasion, nous avons voulu insister sur la prière pour le Chili afin que les questions exprimées de la part de la majorité de la société soient accueillies et résolues. La neuvaine aussi est allée dans cette direction. Nous tous prions le Seigneur et Sa Sainte Mère. Que l’Enfant Jésus de Sotaqui intercède pour nous et pour le bon accueil des requêtes » a-t-il affirmé.
Selon les informations transmises par la Conférence épiscopale du Chili à Fides, la Messe solennelle a été célébrée par l’Archevêque de La Serena, S.Exc. Mgr René Rebolledo Salinas, et concélébrée par de nombreux prêtres assistés de diacres permanents de l’ensemble de l’Archidiocèse. Dans l’après-midi a débuté la traditionnelle procession dans les rues de la ville, accompagnée de chants et de danses en l’honneur de l’Enfant Jésus.
L’Enfant Jésus de Sotaqui est une petite statue de bois considérée comme miraculeuse. Il se place parmi les représentations de l’Enfant Jésus diffusées notamment en Espagne, en Italie, en Amérique latine et aux Philippines dont la dévotion se transmet de génération en génération. La statue est haute de 40 cm et est conservée en l’église de l’Enfant Dieu au sein de la petite localité chilienne de Sotaqui, dans la commune d’Ovalle, où elle fut trouvée par hasard par des enfants. Pour la grande fête annuelle de janvier, qui dure un certain nombre de jours, arrivent en ce lieu des milliers de personnes provenant de tout le pays et même de l’étranger.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE - Passage de Circonscriptions ecclésiastiques de la Région nord de l’Afrique

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 12:30
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a décidé de faire passer les Circonscriptions ecclésiastiques de la Région nord de l’Afrique – Alger, Constantine, Oran, Tunis – de la Congrégation pour les Evêques à la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/PHILIPPINES - Satisfaction de l’Eglise après le rejet du projet de « mariage homosexuel » de la part de la Cour Suprême

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 12:26
Manille – Les responsables de l’Eglise des Philippines ont accueilli favorablement la décision de la Cour Suprême du pays qui a confirmé son précédent rejetant la pétition qui visant à légaliser le « mariage homosexuel » dans le pays. Selon la Cour, ladite pétition manque « d’arguments substantiels » pour justifier l’inversion de la décision prise précédemment.
Ainsi que l’a appris Fides, l’Evêque auxiliaire de Manille, S.Exc. Mgr Broderick Pabillo, a fait l’éloge de la décision, exhortant le monde politique et les législateurs « à s’occuper de questions urgentes telles que la pauvreté, le chômage et les changements climatiques ». De son côté, l’Evêque de Cubao, S.Exc. Mgr Honesto Ongtioco, a rappelé que « l’Eglise soutiendra toujours les enseignements de Jésus sur le mariage, indépendamment de ce que l’Etat pourra décider au travers de ses lois ». Selon le Père Melvin Castro, ancien Secrétaire au long cours de la Commission épiscopale pour la Famille, « la décision de la Cour demeure incomplète parce qu’elle n’interdit pas explicitement le « mariage » entre personnes du même sexe et conserve la possibilité au Congrès d’émaner une telle norme ». C’est pourquoi « les chrétiens devront rester vigilants et toujours sur leurs gardes » a-t-il déclaré.
En réaction à la décision de la Cour, Maria Sofia Robles, membre du groupe ecclésial Couples for Christ, exprimant les sentiments de tous les fidèles engagés dans la défense de la famille, de la vie et du sacrement du mariage, a déclaré à Fides : « Le Mariage est seulement celui entre un homme et une femme, fécond selon la loi naturelle. Nous sommes heureux que la Cour Suprême ait reconnu cette vérité que nous continuerons à promouvoir comme signe d’amour au sein de la société ».
Categorías: De l’Eglise

ASIE/THAILANDE - La “Maison des Anges », lieu d’intégration des enfants handicapés avec leurs familles

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 12:03
Nonthaburi – Au sein de la Paroisse Notre-Dame de la Miséricorde de Nonthaburi, dans le Diocèse de Bangkok, au nord de la capitale, se trouve la Maison des Anges. Là sont accueillis des enfants handicapés et leurs mères dans un contexte qui considère le handicap comme fruit d’une faute personnelle, source de marginalisation.
Née sur initiative de la Caritas de Venise en collaboration avec l’Institut pontifical pour les Missions étrangères et les Missionnaires xavériennes, la Maison a été gérée pendant des années par sa fondatrice, Sœur Angela Bertelli . « Bangkok signifie ville des anges et la vraie mission de la Maison des Anges est d’aller à la rencontre de Dieu dans nos jeunes anges que nous accueillons » a déclaré la missionnaire xavérienne lors du récent passage de consignes de la maison à la Communauté Pape Jean XXIII.
« Dans la Maison des Anges, nous accueillons de jeunes indigents discriminés dans un contexte culturel qui tend à marginaliser les handicapés » a déclaré le Président de la Communauté de don Benzi, Giovanni Paolo Ramonda, dans le cadre de sa rencontre avec l’Archevêque de Bangkok, S.Em. le Cardinal Francis Xavier Kriengsak Kovithavanij.
La maison cherche à accompagner et à réintégrer les handicapés au sein de leurs familles. Actuellement, y sont présents 12 jeunes dont 7 résident sur place et d’autres étant assistés dans différents contextes. Parmi les hôtes, outre une mère indonésienne et son enfant gravement handicapé, se trouve également une jeune de 19 ans qui fréquente la Maison trois fois par semaine et une congolaise immigrée de 6 ans. Il s’agit des trois femmes qui faisaient partie du groupe présent au temps de la fondatrice.
La Communauté de don Benzi est présente depuis 50 ans aux côtés des derniers dans tous les secteurs de la marginalisation sociale. En Italie, elle gère 201 foyers familiaux accueillant un total de 1.283 personnes de tous âges et de toute provenance. Elle est également présente dans 42 pays du monde.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/ARGENTINE - Nouvelle augmentation du nombre des personnes en état de pauvreté malgré l’implication maximale de la Caritas

Fides FR - www.fides.org - Mar, 14/01/2020 - 11:43
Buenos Aires – « Notre modèle est le Christ, qui est venu servir avec simplicité et humilité » a déclaré S.Exc. Mgr Carlos Tissera, Evêque de Quilmes et Président de la Caritas d’Argentine, en rappelant au début de cette année que la réalité de la faim et de la souffrance est dure mais que l’Eglise, par l’intermédiaire de la Caritas, rend l’espérance aux personnes.
Selon le rapport diffusé par la Caritas d’Argentine concernant l’activité réalisée en 2019, parvenu à l’Agence Fides, au cours de la période comprise entre le 27 septembre et le 18 octobre dernier, la Caritas a distribué dans 54 Diocèses du pays un total de 810 tonnes de vivres fournies par le Ministère de la Santé et du Développement social pour une valeur approximative de 77 millions de pesos argentins . A son tour, la Caritas a lancé une campagne de collecte de fonds qui, de mai à décembre a permis de recueillir 1.626.020 USD pour aider 755 enfants et 2.358 familles au travers de cantines et de distribution de gouters, au sein des Diocèses d’Añatuya , de Concepción de Tucumán , d’Esquel , de Jujuy , d’Oberá , de Paraná , de Reconquista et de Salta .
« La distribution logistique demandé par ce travail d’assistance nous a demandé le plus grand effort mais malgré les efforts de nos bénévoles, nous voyons encore un fort pourcentage de personnes en conditions de pauvreté. Nous estimons que cela est dû au fait que chaque jour, il y a davantage de personnes ayant besoin d’aliments de base : les hausses des prix et le manque de travail rendent difficile l’accès à une population vulnérable en augmentation » affirme Sofía Terek, Coordinatrice du pole assistance immédiate et urgences.
La Caritas d’Argentine travaille afin de répondre aux problèmes sociaux des communautés marginalisées et des personnes en situation de pauvreté et d’urgence dans le pays. Parmi ses programmes, elle offre une aide immédiate au travers de plus de 180.000 colis alimentaires par mois et 600.000 denrées alimentaires. Dans le même temps, elle gère plus de 760 cantines et 3.000 lieux dans lesquels sont fournis des petits déjeuners, des en-cas et des verres de lait aux jeunes enfants, aux enfants d’âge scolaire, aux adolescents, aux femmes enceintes et aux personnes âgées.
Au troisième trimestre 2019, 40,8% de la population argentine a été classée comme pauvre par l’Observatoire de la dette sociale de l’Université catholique d’Argentine qui a précisé dans son étude que l’indigence avait, elle aussi, progressé, atteignant 8,9% de la population . Selon le quotidien Ambito Financiero, journal financier spécialisé, quatre argentins sur dix sont pauvres soit un total de 16 millions de personnes.
Categorías: De l’Eglise

AFRICA/COTE-D’IVOIRE - Ouverture de la 114ème Assemblée plénière de la Conférence épiscopale sous le signe de la réconciliation

Fides FR - www.fides.org - Lun, 13/01/2020 - 12:54
Abidjan – « La communion au service de la réconciliation » c’est autour de ce thème que vont porter les réflexions des prélats Ivoiriens lors de leur 114ème Assemblée Plénière du 13 au 19 janvier 2020, au Centre Lataha de Korhogo au nord du pays.
Le Père Emmanuel Wohi Nin, Secrétaire général de la Conférence des Evêques Catholiques de Côte-d’Ivoire, fait savoir qu’au cours de ces assises les Evêques vont réfléchir sur une lettre pastorale sur la réconciliation « qui va constituer le statut principal de cette assemblée plénière » également au sortir de cette assemblée plénière « un message sera adressé à tous les Ivoiriens, tous les concitoyens et la lettre proprement dite suivra quelques jours ou quelques mois plus tard ».
Un autre sujet prévu à l’ordre du jour est « le protocole sur la protection des mineurs et des personnes vulnérables » selon les indications du Pape François qui a souhaité que chaque Conférence épiscopale se dote d’un document de ce genre.
Enfin, sera discuté un projet d’accord-cadre entre le Saint-Siège et la République de Côte d’Ivoire. au terme de cette rencontre d’une semaine, un communiqué final sanctionnant la fin des travaux sera rendu public au cours de la messe de clôture dimanche 19 janvier prochain.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/NIGERIA - Encore aucune nouvelle de quatre séminaristes enlevés à Kaduna

Fides FR - www.fides.org - Lun, 13/01/2020 - 12:38
Abuja – On est encore sans nouvelle des quatre séminaristes enlevés au soir du 8 janvier du Grand Séminaire Bon Pasteur de Kakau, le long de l’autoroute Kaduna-Abuja. Le village se trouve dans les environs de Kaduna, capitale de l’Etat homonyme, sis au centre du Nigeria.
Le 8 janvier, entre 22.30 et 23.00 des bandits ont attaqué le Séminaire, ouvrant le feu à l’aveuglette sans par chance provoquer de victimes. Au terme de l’attaque, après avoir procédé à l’appel des étudiants, on s’est aperçu que les bandits s’étaient enfuis en portant avec eux 4 séminaristes. Selon un porte-parole de la police, au cours de l’attaque, durée une trentaine de minutes, les bandits « ont eu accès au dortoir de l’établissement qui accueille 268 étudiants ».
L’enlèvement à des fins d’extorsion de personnel ecclésiastique est une triste réalité au Nigeria, bien que, depuis un certain nombre d’années, la Conférence épiscopale locale ait interdit le versement de rançons en vue de la libération de prêtres, religieux, religieuses et séminaristes enlevés.
Categorías: De l’Eglise

OCEANIE/AUSTRALIE - Mobilisation de Catholic Mission en faveur des besoins de la population australienne frappée par les incendies

Fides FR - www.fides.org - Lun, 13/01/2020 - 12:18
Sidney – Catholic Mission Australie, la Direction nationale des Œuvres pontificales missionnaires d’Australie, a annoncé une collaboration immédiate avec la Société de Saint Vincent de Paul afin d’offrir une contribution concrète dans l’œuvre de coopération et de solidarité visant à répondre à l’urgence nationale constituée par les incendies qui, depuis septembre dernier, dévastent l’habitat naturel de la nation. « Il s’agit d’un massacre infini, sans précédents, d’une véritable catastrophe environnementale dont on estime qu’elle a brulé une zone de plus de 84.000 Km2 » affirme une note de Catholic Mission envoyée à l’Agence Fides.
Pour faire face à la crise, les Evêques d’Australie, outre à promouvoir une collecte de fonds au niveau mondial, ont voulu prédisposer un plan national qui implique toutes les communautés catholiques. Les Œuvres pontificales missionnaires sont depuis toujours, par vocation, tournées vers les besoins des communautés au-delà des frontières mais « nous reconnaissons qu’il est difficile de se concentrer sur les besoins de l’étranger lorsqu’en Australie est en cours une crise sans précédents » a affirmé le Père Brian Lucas, Directeur national de Catholic Mission.
C’est pourquoi les Œuvres pontificales missionnaires sensibilisent leurs donateurs et bienfaiteurs afin qu’ils contribuent aujourd’hui aux nécessités des populations d’Australie. « Nous avons de nombreux bienfaiteurs dans les Diocèses de tout le pays gravement touchés. Il est de notre devoir d’offrir une réponse missionnaire et de permettre également à ceux qui veulent accorder la priorité à leurs amis, leurs familles et leurs compatriotes australiens touchés par ces incendies de forêt dévastateurs » poursuit la note du Père Lucas.
« Les communautés sises le long de la côte méridionale luttent avec grandes difficultés. De nombreuses personnes, des Paroisses locales aux célébrités, se sont rassemblées pour soutenir ceux qui ont tout perdu. Nous ferons ce qui est en notre pouvoir » indique David Harrison, Directeur diocésain de Catholic Mission à Wollongong, zone elle aussi dévastée.
L’organisation missionnaire confirme cependant que les plans d’urgence s’adressant à la situation australienne n’interrompront pas la distribution des fonds et les projets déjà mis en place en Afrique, en Asie et dans le Pacifique par les Œuvres pontificales missionnaires d’Australie. « Nous reconnaissons la gravité de la situation locale mais nous devons aussi respecter notre mission, en demeurant engagés dans les communautés qui ont un grand besoin dans le monde entier » conclut le Père Lucas.
Categorías: De l’Eglise

Páginas