ASIE/INDE - Appel d’un prêtre au gouvernement en faveur d’un plus grand engagement en faveur de la protection des droits fondamentaux

Fides FR - www.fides.org - Vie, 13/12/2019 - 12:46
New Delhi – En Inde, il est du devoir du gouvernement et des institutions de s’engager davantage pour garantir la protection et la promotion des droits fondamentaux. C’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Cedrik Prakash SI, activiste au sein du Jesuit Refugee Service, remarquant que « l’année 2019 a été pour la sauvegarde des droits fondamentaux en Inde une année véritablement horrible ». « Depuis mai 2014, lorsque le gouvernement conduit par le Baratiya Janata Party est arrivé aux affaires, s’est vérifiée une constante détérioration du respect des droits fondamentaux dans le pays » indique-t-il.
Le prêtre cite « le respect de la femme », dans une situation où « l’Inde a acquis la terrible réputation d’être la capitale mondiale du viol et une société qui traite les femmes comme des citoyennes de deuxième classe au travers de discriminations et de violences ».
En outre, remarque le Père Prakash, « la liberté d’expression et de presse est presque devenue une chimère : le World Press Freedom Index d’avril 2019 indique l’Inde au 140ème rang sur un total de 180 pays pris en considération et le droit à la vie privée est lui aussi constamment foulé aux pieds ».
« La situation est critique – poursuit le jésuite indien – y compris pour les défenseurs des droits fondamentaux, qui subissent menaces, coercitions, intimidations, arrestations, injures et fausses accusations pour le seul fait qu’ils promeuvent les droits fondamentaux, la justice et la paix. Voici quelques mois, cinq activistes pour les droits fondamentaux connus, dont l’écrivain P Varavara Rao, ont été arrêtés sous des chefs d’accusation absolument fallacieux. L’antique loi sur la sédition est encore utilisée pour réprimer le dissentiment ».
La liberté de religion ou de credo est souvent violée. « Selon les dernières données, une augmentation du nombre des incidents communs a été enregistrée dans neuf Etats. L’Uttar Pradesh a enregistré cette année 457 épisodes de violence à motivation religieuse de janvier à octobre. Ont par ailleurs été signalés près de 500 attaques contre des chrétiens dans différentes parties du pays. Les fondamentalistes prospèrent sur la base de discours de haine et le lynchage est devenu un phénomène terriblement fréquent ».
Enfin le Père Prakash signale qu’en Inde, « les droits des enfants sont violés impunément. Des millions d’enfants travaillent encore dans le cadre d’emplois dangereux en diverses parties du pays. Outre à la négation de leur droit à l’instruction, ils sont également privés de leur enfance. De nombreux enfants sont emprisonnés dans le réseau du trafic d’êtres humains ».
Le Père Prakash stigmatise l’action du gouvernement qui « semble avoir renoncé au rôle et à la responsabilité de protéger et de promouvoir les droits garantis à tous les citoyens par la Constitution : le droit à la vie et à la liberté, le droit à la dignité et à l’égalité, le droit à la liberté de parole et d’expression, le droit à la liberté de prêcher et de pratiquer sa propre religion, le droit à se sustenter et à tous les autres droits fondamentaux ». Il exhorte par suite le peuple indien « à ne pas se rendre, à réclamer une justice qui soit réellement proclamée et pratiquée par l’Etat dans le respect des principes d’égalité et de dignité humaine pour tous ».
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Communauté catholique en fête après la nomination du nouvel Archevêque de Juba, un apôtre de la paix

Fides FR - www.fides.org - Vie, 13/12/2019 - 12:24
Tombura-Yambio – L’Eglise au Soudan du Sud est en fête suite à la nomination du nouvel Archevêque de Juba, S.Exc. Mgr Stephen Ameyu Martin Mulla, homme qui a dépensé sa vie sans compter en faveur de l’œuvre de réconciliation et de paix. « Au nom de l’Archidiocèse de Tombura-Yambio et de la Conférence épiscopale du Soudan du Sud, je rends grâce à Dieu pour le don qu’il a voulu nous faire au travers de cette nomination » a déclaré à l’Agence Fides l’Evêque de Tombura-Yambio, S.Exc. Mgr Eduardo Hiiboro, exprimant la joie et la gratitude de l’ensemble de la communauté. « C’est une grande nouvelle pour nous. En ce moment, notre pays a besoin de figure comme celles de S.Exc. Mgr Mulla, engagé et dédié à la protection de la paix. Je garantis ma totale collaboration ainsi que celle de tous les Diocèses du pays. Nous remercions l’Archevêque émérite, S.Exc. Mgr Paulino Lukudu Loro, M.C.C.J., pour tout ce qu’il a fait pour l’Eglise au Soudan et au Soudan du Sud et nous l’assurons de notre prière ».
Mgr Hiiboro se déclare reconnaissant envers le Pape François pour sa proximité et l’engagement qu’il continue à démontrer en faveur de la population du Soudan du Sud. « Je me souviens quand, en avril 2019, nous nous sommes rendus en visite Ad limina auprès du Saint-Père. Le Pape François se déclara particulièrement préoccupé par la situation de l’Archidiocèse de Juba, privé d’Archevêque et nous promit qu’il aurait pourvu immédiatement à la nomination de responsables locaux pour l’Eglise au Soudan et au Soudan du Sud ».
« Nous remercions également S.Em. le Cardinal Filoni, jusqu’ici Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, du grand engagement qu’il a toujours démontré vis-à-vis de notre Eglise. Nous continuerons à prier et travailler conjointement pour l’Eglise universelle ». Mgr Hiiboro conclut en assurant de sa dévotion et de sa prière S.Em. le Cardinal Luis Antonio G. Tagle, nouveau Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, qui est « guide de l’ensemble de l’Eglise missionnaire ».
Categorías: De l’Eglise

ASIE/TERRE SAINTE - Absence de permis israéliens aux chrétiens de Gaza pour célébrer Noel à Bethléem et Jérusalem

Fides FR - www.fides.org - Vie, 13/12/2019 - 12:15
Jérusalem – Toutes les données recueillies au cours des années précédentes confirment la constante augmentation du nombre de pèlerins et de touristes qui arrivent à Jérusalem et à Bethléem en provenance du monde entier pour visiter les Lieux Saints surtout à l’occasion des Solennités de Noel et de Pâques. Cependant cette année, parmi les nombreuses personnes qui célébreront les fêtes de Noel sur les lieux où le Christ est né, mort et ressuscité, ne pourront être présents les chrétiens de la bande de Gaza. Le 12 décembre, les autorités israéliennes ont en effet communiqué que les baptisés palestiniens ne pourront recevoir que des permis pour se rendre à l’étranger en passant par la Jordanie mais qu’aucun d’entre eux ne pourra se rendre en Israël ou en Cisjordanie pour passer Noel dans les Lieux Saints. Le porte-parole du bureau militaire israélien chargé des rapports avec les palestiniens a justifié cette disposition en se référant à des motifs de sécurité.
La mesure prise cette année par les autorités palestiniennes représente un nouveau passage dans le processus de restriction progressive des dispositions appliquées par Israël en des circonstances analogues. Au cours de ces dernières années, les autorités israéliennes avaient parfois garanti un nombre limité mais consistant de permis réservés aux chrétiens de Gaza qui désiraient surtout se rendre à Bethléem, Nazareth ou Jérusalem pour célébrer Noel ou Pâques. Déjà l’an dernier avait été enregistrée une limitation consistante du nombre des permis émis par les autorités israéliennes, lesquels avaient été réservés à des personnes de plus de 55 ans seulement.
Par exemple, en décembre 2015, les autorités israéliennes avaient concédé 600 permis nominatifs à autant de chrétiens résidant dans la bande de Gaza pour leur permettre de visiter les Lieux Saints – à commencer par Bethléem – à l’occasion des fêtes de Noel. Les permis accordés cette fois-là avaient la durée d’un mois et aucun permis n’avait été concédé à des personnes d’âge compris entre 12 et 30 ans.
Les chrétiens de la bande de Gaza sont désormais à peine plus de 1.000, en majorité des grecs orthodoxes, sur une population totale de 2 millions d’habitants. La petite réalité chrétienne de la bande de Gaza continue à diminuer. Les jeunes qui y parviennent émigrent alors que, dans les églises sont souvent célébrées les obsèques de personnes âgées. Les nombreux départs sont le symptôme du fait que personne ne croit en un changement proche par rapport à une condition collective marquée par l’isolement international, le manque de travail et la menace de nouvelles guerres.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/RD CONGO - 60ème anniversaire du Centre de Recherches Pédagogiques des Missionnaires CICM

Fides FR - www.fides.org - Vie, 13/12/2019 - 11:35
Kinshasa – « Le Centre de Recherches Pédagogiques a été fondé avec pour mission fondamentale de contribuer au développement de la République Démocratique du Congo en prenant une part active à la promotion de l’éducation et de l’instruction de la jeunesse congolaise. Cette noble mission doit continuer malgré les aléas de l’histoire », a déclaré le père Godefroid Mombula, directeur du CRP, en marge de la célébration des 60 ans d’existence de ce centre. C’était samedi 7 décembre à la paroisse Notre-Dame de Fatima.
Le CRP est une œuvre des missionnaires du Cœur Immaculé de Marie. Il est la première maison d’édition des manuels scolaires en République Démocratique du Congo. Depuis sa création en 1959, ce centre œuvre dans l’édition, la diffusion et la promotion des manuels scolaires de qualité, conformes aux programmes nationaux d’enseignement à tous les niveaux d’éducation. Il contribue ainsi à l’éducation et l’instruction de la jeunesse congolaise, tel que l’a voulu son fondateur, le Père Pierre Detienne, un missionnaire de nationalité belge.
La célébration de ces 60 ans d’existence s’est articulée autour de quelques activités culturelles, à savoir, une série de conférences sur le thème « les défis du CRP face à la réforme du système éducatif en RDC », et une exposition de près de 400 livres que cette maison a déjà publiés.
Le Père Michel Ekonzo, Vice-provincial et représentant du Supérieur provincial des Pères de Scheut a profité de cette occasion pour louer le travail abattu au CPR 60 ans durant, et a encouragé le staff dirigeant à s’embarquer vers des perspectives d’avenir qui tiennent davantage compte d’une formation intégrale de la jeunesse congolaise.
Le CRP fait partie d’une structure des missionnaires CICM qui comprend aussi une imprimerie, et le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire .
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/PARAGUAY - Nomination du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires

Fides FR - www.fides.org - Vie, 13/12/2019 - 11:28
Cité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 3 octobre 2019, a nommé Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires au Paraguay pour un quinquennat le Père César Gustavo Baez Amarilla, de la Congrégation du Très Saint Rédempteur, CSSR.
Le nouveau Directeur national est né le 27 octobre 1974 à Pedro Juan Caballero , dans le Diocèse de Conception. Il a émis sa première profession religieuse en 2000 et sa profession perpétuelle en 2003. Il a été ordonné prêtre le 21 février 2004. Il a fréquenté le Noviciat à Carapegua, a étudié la Théologie à l’Institut supérieur de Théologie de l’UCA, à Asunción, et la Missiologie à l’Université pontificale grégorienne de Rome. Après son ordination sacerdotale, il a exercé son ministère dans diverses Paroisses en tant qu’administrateur paroissial et Curé. Il s’est engagé dans la mission ad gentes et a été Conseiller et Secrétaire du Chapitre de la Province rédemptoriste.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/BRESIL - Prise de position de la Conférence épiscopale sur le droit à la liberté d’expression et le respect des personnes et de leurs valeurs

Fides FR - www.fides.org - Vie, 13/12/2019 - 11:24
Brasilia – « La Conférence nationale des Evêques du Brésil répudie les faits récents qui, au nom de la liberté d’expression et de la créativité artistique, attaquent profondément la foi chrétienne : ridiculiser la conviction d’un groupe quel qu’il soit, outre à constituer un délit au sens du droit pénal, signifie manquer de respect à toutes les personnes, faire du tort à la recherche d’une société effectivement démocratique qui valorise tous ses citoyens ». Ainsi débute la note publié le jour de la fête de Notre-Dame de Guadalupe, le 12 décembre, et signée par le Président, les deux Vice-présidents et le Secrétaire de la CNBB « à propos du manque de respect pour la foi chrétienne ».
L’Eglise n’a jamais manqué de promouvoir l’art et la liberté d’expression, souligne le texte parvenu à l’Agence Fides, demandant le respect des « sentiments d’un peuple ou de groupes qui vivent des valeurs, souvent caractérisés par une inviolable sacralité ». « Lorsqu’il y a manque de respect dans les productions médiatiques, les moyens de communication deviennent violents, de véritables armes qui contribuent à ridiculiser et à tuer les valeurs les plus profondes d’un peuple ».
Les Evêques reconnaissent que « nous vivons dans une société pluraliste mais tous n’ont pas les mêmes convictions. Toutefois, comme nécessité éthique et démocratique, nous devons respecter toutes les personnes. Rien ne consent à personne le droit de vilipender les croyances, en frappant la vie des personnes. Le droit à la liberté d’expression n’annule pas le respect pour les personnes et leurs valeurs ». Dans la conclusion de la note, les Evêques rappellent que « en ce temps de l’Avent, nous sommes appelés à demeurer fermes dans la foi, constants dans l’espérance et assidus dans la charité », invitant tous les brésiliens « à s’unir pour un pays plus juste, plus pacifique, plus respectueux et plus fraternel ».
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/NIGERIA - Nomination de l’Evêque de Kafanchan

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 13:23
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a nommé Evêque du Diocèse de Kafanchan , le Père Julius Yakubu Kundi, du clergé de Zaria, ancien Curé de la Paroisse Saint Jean de Muchia.
Le Père Julius Yakubu Kundi est né le 15 février 1968 à Danladi, dans l’actuel Diocèse de Zaria. Après ses études primaires et secondaires, il a poursuivi au Kafanchan Teacher’s College . Devenu séminariste, il a fait ses études de philosophie au Grand Séminaire Saint Thomas d’Aquin de Makurdi et celles de théologie au Grand Séminaire Saint Augustin de Jos . Par la suite, il a étudié à l’Institut catholique d’Afrique de l’ouest , obtenant une Licence en Théologie morale. Il a été ordonné prêtre le 14 juin 1997 pour le clergé de Kaduna.
Avec l’érection du Diocèse de Zaria, intervenue le 5 décembre 2000, il avait opté en faveur du nouveau Diocèse. Après son ordination, il a exercé les ministères suivants : Vicaire de la Paroisse Saint André de Kakuri de l’Archidiocèse de Kaduna , Curé de la Paroisse Saint Paul du Diocèse de Jalingo, en qualité de prêtre Fidei Donum , études supérieures à Port Harcourt , Curé de la Paroisse Saint Enda de Bassawa Zaria , Vice-recteur du Petit Séminaire Saint Joseph de Bassawa Zaria , Administrateur de la Cathédrale du Christ Roi de Zaria , Econome du Diocèse de Zaria , Vicaire général du Diocèse de Zaria , Vice-recteur et formateur au Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kaduna , Recteur ad interim du Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kaduna , Aumônier ad interim du Corps de Police de Zaria , Curé de la Paroisse Saint Jean de Muchia , depuis 2018 : Vicaire de la Paroisse Notre-Dame du Lac de Lake Havasu City, dans le Diocèse de Phoenix .
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/CONGO - Démission de l’Evêque d’Impfondo et nomination de son successeur

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 13:09
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse d’Impfondo présentée par S.Exc. Mgr Jean Gardin, C.S.Sp.. Dans le même temps, il a nommé Evêque de ce même Diocèse le Père Daniel Nzika, du clergé d’Ouesso, jusqu’ici Vicaire général.
Le Père Daniel Nzika est né à Ouesso le 16 février 1971. Il a fréquenté le Petit Séminaire de Makoua , hôte de la Communauté des Béatitudes de Blagnac. Il a étudié la Philosophie et la Théologie à l’Université catholique de Toulouse . Il a été ordonné prêtre le 9 décembre 2000. Après son ordination, il a exercé les ministères suivants : Vicaire au sein de la Paroisse Saint Michel de Pokola , Curé et Directeur spirituel du Séminaire propédeutique , Curé de la Cathédrale Saint Pierre Claver d’Ouesso , Vicaire général du Diocèse , études en vue de la Licence en Théologie dogmatique près l’Institut catholique d’Angers puis à nouveau Vicaire général à compter de 2016.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Démission de l’Archevêque métropolitain de Juba et nomination de son successeur

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 13:03
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a accepté la renonciation au gouvernement pastoral de l’Archidiocèse de Juba présentée par S.Exc. Mgr Paulino Lukudu Loro, M.C.C.J., nommant dans le même temps Archevêque de ce même siège métropolitain S.Exc. Mgr Stephen Ameyu Martin Mulla, jusqu’ici Evêque de Torit.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/PHILIPPINES - Témoignage du Nonce apostolique aux Philippines sur la personnalité du nouveau Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 12:58
Manille – S.Em. le Cardinal Luis Antonio G. Tagle constitue « un grand don de l’Eglise des Philippines à l’Eglise universelle » a déclaré S.Exc. Mgr Gabriele Caccia, Nonce apostolique aux Philippines, en commentant à l’Agence Fides la nomination de l’Archevêque de Manille au poste de Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples. Le Nonce, qui a célébré en compagnie du Cardinal Tagle, la Messe de la Solennité de l’Immaculée Conception en la Cathédrale de Manille, a remarqué : « Ce que j’apprécie du peuple philippin est qu’il sourit toujours, même s’il souffre dans son cœur. Le Cardinal maintenant sourit mais nous savons que son cœur est brisé parce qu’il devra quitter l’Archidiocèse ». Le Nonce apostolique ajoute : « Notre-Dame a dit son fiat à Dieu. Le Cardinal a dit son oui à l’appel de Dieu, arrivé par l’intermédiaire du Pape. Chacun d’entre nous devons dire notre oui parce que Dieu sait de qui est bon pour chacun de nous. Je voudrais que notre oui soit comme celui de Notre-Dame, qui a reconnu la volonté de Dieu pour sa vie, source de vrai bonheur ».
« Aujourd’hui – a continué le Nonce – l’Eglise aux Philippines confie et remet le Cardinal Tagle à l’Eglise universelle : à lui de prendre soin non seulement de la communauté d’un Diocèse mais du monde entier, en vue de l’œuvre d’évangélisation. Nous offrons le plus beau don que nous ayons eu. Nous le remettons à cœur ouvert même si notre cœur souffre un peu, mais nous le donnons avec joie » remarque Mgr Caccia.
« Le Cardinal connait l’importance de la responsabilité qui lui est confiée et comme Marie Immaculée, il fait confiance au Seigneur en disant : Me voici, je ne suis qu’un serviteur du Seigneur, que Ta Parole soit faite » conclut-il.
Après l’annonce officielle de la nomination, de nombreux fidèles de l’Archidiocèse de Manille ont manifesté leur tristesse pour le départ imminent du Cardinal, promettant de l’accompagner par la prière dans son nouveau service. Les fidèles considèrent sa nomination comme « une mission qui va au-delà des frontières pour servir le Seigneur ». « Nous prions afin que le Seigneur continue à illuminer et à protéger notre bien-aimé Cardinal Tagle dans son voyage vers une mission mondiale, pour porter la Bonne Nouvelle en tant que Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples » indique à Fides Christine Regnim , laïque catholique de l’Archidiocèse de Manille.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/TURQUIE - Election du nouveau Patriarche arménien apostolique de Constantinople

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 12:41
Istanbul – « Aujourd’hui, vous n’avez pas élu un Patriarche, vous avez élu le premier serviteur de Dieu et du peuple ». Tel est le message clef que l’Archevêque Sahak Masalyan, à peine élu Patriarche arménien apostolique de Constantinople, a voulu adresser aux membres de la communauté arménienne apostolique rencontrés en l’église adjacente au siège du Patriarcat après son élection intervenue hier, 11 décembre. Dans sa brève intervention, le 85ème Patriarche arménien apostolique de Constantinople – qui prendra le nom de Sahak II – a immédiatement souligné que le Patriarcat a besoin de « quelque chose de nouveau », que ses institutions « doivent être rénovées » et que son élection peut représenter « le premier pas » de ce processus de réforme. « Nous avons devant nous un exemple de guide : Jésus-Christ qui a lavé les pieds à Ses disciples, montrant comment être un bon pasteur. Aujourd’hui – a-t-il ajouté - vous n’avez pas élu un Patriarche, vous avez élu le premier serviteur de Dieu et du peuple ». Il a ensuite demandé aux personnes présentes de prier pour lui, ajoutant que l’élection a eu lieu dans la paix, en surmontant problèmes et divisions, « grâce aux prières de milliers de personnes ».
L’Archevêque Sahak Masalyan, ancien Président du Conseil religieux du Patriarcat arménien apostolique de Constantinople, avait été indiqué depuis longtemps comme un candidat fort, en mesure de prévaloir dans le cadre de l’élection patriarcale. Il avait été chargé, en tant que fiduciaire, de coordonner l’ensemble du processus électoral. A la fin du processus électoral, le résultat du scrutin s’était substantiellement réduit de facto à un tête-à-tête entre le nouveau Patriarche et l’Archevêque Aram Ateşyan, locum tenens du Patriarcat au cours des années de maladie de feu le Patriarche Mesrob II Mutafyan.
Le processus électoral en vue du choix du nouveau Patriarche arménien apostolique de Constantinople a été long et caractérisé par des controverses destinées à avoir des conséquences à l’avenir. Déjà en février 2018 , le bureau du gouverneur d’Istanbul avait annulé le processus déjà lancé s’appuyant sur le fait que le Patriarche arménien apostolique de Constantinople, Mesrob II Mutafyan, même s’il était incapable de remplir sa charge, était toujours vivant et ne pouvait donc pas être remplacé. Plus récemment , des polémique avaient été provoquées par le décret du Ministère de l’Intérieur turc qui avait réduit le nombre des candidats aux seuls Archevêques résidant en Turquie, excluant l’éventuelle candidature de prélats du Patriarcat résidant à l’étranger. L’organe de presse Agos, publié à Istanbul en arménien et en turc, dédiait à l’élection du Patriarche arménien apostolique de Constantinople un éditorial non privé de passages polémiques quelques heures seulement avant l’élection, relevant que les deux Archevêques Maaalyan et Ateşyan « avaient poursuivi leurs campagnes respectives » sans tenir compte des préoccupations et du malaise exprimés par la communauté locale suite à l’exclusion des candidats résidant hors de Turquie, un modus operandi qui, selon Agos, pourrait avoir au fil du temps des conséquences négatives sur la condition et le cheminement du Patriarcat arménien apostolique de Constantinople.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/COTE-D’IVOIRE - Clôture des célébrations du Centenaire de la Congrégation des Fils de la Charité

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 12:16
Abidjan – Ouvertes le Dimanche 16 juin 2018 en la Paroisse Saint Antoine de Padoue du port à Abidjan Treichville, les festivités marquant le premier centenaire de la Congrégation des Fils de la Charité de par le monde et ses 57 ans de présence en Côte-d’Ivoire se sont refermées dimanche 8 décembre 2019 par une Messe. C’était à la paroisse Immaculée Conception d’Abobo Clouétcha dans l’archidiocèse d’Abidjan.
Le célébrant, S.Exc. Mgr Alexis Touably Youlo, Evêque d’Agboville et Administrateur apostolique de Yamoussoukro, lors de son homélie a loué les œuvres de cette congrégation jubilaire dans le monde surtout en Côte-d’Ivoire auprès des travailleurs, des ouvriers, des gens de mer, des pauvres et de tous ceux qui n’ont pas été favorisés par le sort. « 100 ans de service pour la gloire de Dieu et le rayonnement de l’Eglise pour la promotion de l’homme surtout des plus pauvres, les fils de la charité ce sont fait tout à tous avec ceux-là qui sont les privilégiés de Dieu. Puisse le Seigneur bénir leur apostolat et qu’après cette marche ecclésiale, ils passent à la vitesse supérieure en allant au-delà de leurs actions déjà menées » a souhaité Mgr Alexis Touably.
La Congrégation des Fils de la Charité fut fondée à Paris le 25 décembre 1918 par le Père Jean-Émile Anizan en vue de l’Evangélisation des ouvriers. En Côte-d’Ivoire, elle est présente depuis 1962.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/NIGERIA - Libération des deux prêtres enlevés le 6 décembre

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 12:01
Abuja – Les Pères Joseph Nweke et Felix Efobi, prêtres nigérians du Diocèse d’Awka qui avaient été pris en otage le 6 décembre alors qu’ils se rendaient à un mariage ont été libérés. Ils avaient été bloqués par des inconnus armés alors qu’ils se rendaient de l’Etat d’Anambra à Akure, capitale de l’Etat d’Ondo, en empruntant l’autoroute Benin-Owo.
Les prêtres faisaient partie d’un groupe de voitures dans lesquelles se trouvaient les invités au mariage lorsque les bandits ont bloqué leurs seuls véhicules à la hauteur d’Ajagbale, les en extrayant de force pour les conduire à une destination inconnue.
Selon les témoins, les bandits se sont désintéressés des autres automobilistes et n’ont pas mémé pris leurs téléphones portables. « Ils ont seulement enlevé les prêtres et laissé les autres ».
Les ravisseurs ont ensuite demandé une rançon de 100 millions de Naira avant de relâcher les deux prêtres en l’espace de quelques jours.
Selon les nouvelles parvenues à Fides, les deux prêtres ont été libérés le long de la route dans la soirée du 10 décembre. Un prêtre d’Owo est allé les chercher. Aucune rançon n’aurait été versée en vue de leur libération.
Les enlèvements de prêtres et de religieux dans le sud du Nigeria est une plaie depuis des années. Au sein du seul Etat d’Enugu, 9 prêtres ont jusqu’ici été enlevés cette année .
Categorías: De l’Eglise

ASIE/INDONESIE - Croissance du nombre des vocations et nouveau prêtre camillien dans l’ile de Flores

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 11:47
Maumere – L’ile de Flores a récemment fêté l’ordination du premier prêtre Camillien. Après dix ans de présence en Indonésie, les Ministres des Infirmes ont eux aussi leur premier prêtre. Il s’agit du Père Mensianus Aman, ordonné en compagnie de six jeunes Carmes par l’Evêque de Maumere, S.Exc. Mgr Edwaldus Martinus Sedu, en la Paroisse de Maulo, sur l’ile de Flores. La nouvelle est fournie à l’Agence Fides par le Père Luigi Galvani, pionnier de la mission camillienne sur l’ile.
« Le Père Aman – raconte le Père Galvani – est issu d’une famille de paysan de la zone montagneuse de l’ile de Flores et il a un frère prêtre de l’Institut des Verbites, missionnaire depuis plusieurs années au Chili. Après ses études de philosophie et de théologie dans le pays, en vue du sacerdoce, il a suivi des cours de pastorale à Manille. Avec son ordination, commencera pour le Camilliens d’Indonésie le rêve de pouvoir compter, chaque année, sur d’autres candidats au sacerdoce ».
Dans les deux maisons de formation de Maumere et Ruteng se trouvent actuellement 7 prêtres, dont 5 autochtones, 15 jeunes profès temporaires, 6 novices, 42 étudiants de philosophie et 24 nouveaux candidats dont deux jeunes provenant du Pakistan et un autre de Timor Est.
Le Père Galvani explique : « L’Indonésie, qui demeure le pays musulman le plus peuplé du monde, devient une oasis prometteuse de vocations religieuses et sacerdotales. En effet, l’ouverture continuelle de nouvelles communautés religieuses et de séminaires constitue le témoignage évident de ce moment favorable. Dans l’ile de Java, par exemple, la Faculté de Théologie de Djakarta accueille quelques 300 étudiants. A Yogyakarta, elle en compte 330 et 320 autres à Malang. Dans l’ile de Timor, à Kupang, le Studium théologique compte quelques 300 séminaristes mais surtout, à Maumere, dans l’ile de Flores, il est impressionnant de voir le plus grand Séminaire, philosophique et théologique, de l’Eglise de par le monde. Dirigé par les missionnaires Verbites, il compte plus de 1.000 séminaristes ».
« Si au cours des décennies passées, l’Indonésie avait été un lieu de destination de l’Evangélisation, maintenant, il rend ce don aux nations au travers de l’envoi de ses propres missionnaires » précise encore le religieux. « En effet, plusieurs dizaines de missionnaires indonésiens de différents instituts religieux, in primis les Verbites, rejoignent chaque année d’autres pays du monde pour exercer le service pastoral et missionnaire. Ceci semble pouvoir constituer également l’objectif futur des Camilliens indonésiens qui, outre l’engagement à préparer de nouveaux ouvriers pour la vigne du Seigneur, se proposent de diffuser le Message évangélique et le charisme de charité de Saint Camille dans et hors du pays ».
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/CHILI - Rencontre sur les défis lancés à l’Evangélisation dans la situation actuelle, « pour un Chili juste et digne »

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 10:11
Valparaiso – Le Vicariat pastoral de Valparaiso et la Caritas de Valparaíso ont promu une « Rencontre de dialogue diocésain pour un Chili juste et digne », qui aura lieu le 14 décembre au Collège Saint Pierre Nolasque de Valparaíso. « Depuis près de 50 jours, le Chili vit ce qui a été qualifié de grande crise ou d’épidémie sociale, caractérisée par la mise en avant d’une série de requêtes concernant une majeure justice sociale, l’équité, la dignité et une participation effective » souligne la lettre d’envoi parvenue à Fides. Par suite, le texte rappelle que, dans le Message final de la 119ème Assemblée plénière de la Conférence épiscopale du Chili, les Evêques avaient invité à une « participation active aux dialogues, au sein des Conseils et dans toutes les instances de la société civile qui aide à exprimer des opinions et des propositions concernant le processus d’adoption d’une nouvelle Constitution et d’un nouveau pacte social dans un climat de respect et d’amitié civile. Notre foi peut illuminer de manière notable le moment que nous vivons ».
Lors de cette rencontre du 14 décembre, explique le communiqué, « seront analysés les signes des temps, avec une attention particulière à la crise actuelle que le pays traverse, et on cherchera au travers d’un dialogue confiant et dans la perspective de la Doctrine sociale de l’Eglise, de reconnaitre les défis lancés à l’action évangélisatrice de l’Eglise diocésaine et les réponses pastorales à promouvoir en ce qui concerne notre service social et de solidarité ».
L’invitation à participer est adressée à ceux qui travaillent dans le secteur du ministère social mais est ouverte également à toutes les personnes de bonne volonté, engagées pour le bien du pays, qui appartiennent à des Paroisses, au monde de l’éducation, aux mouvements de laïcs et aux organisations sociales.
« De nombreux opérateurs pastoraux, des religieux, des consacrés et des prêtres ont mentionné l’importance d’un vaste dialogue socio pastoral sur le moment que traverse actuellement notre pays et notre Diocèse et ont également reconnu qu’avec la prière pour la paix – qui est le fruit de la justice – est nécessaire un espace de rencontre significatif et par suite d’élever une voix claire et forte en tant qu’Eglise, en conformité avec notre identité et nos principes ».
A cette occasion, sera présentée la proposition de « Rencontres de dialogue communautaire pour un Chili équitable et digne », une initiative diocésaine qui sera promue par la Caritas de Valparaíso afin que les Paroisses, les écoles catholiques et autres groupes pastoraux « relèvent le défi prophétique consistant à faire entendre leur propre voix en vue de la construction d’un nouveau Chili. La participation à la vie sociale et politique est l’une des plus hautes formes de charité et de renforcement de la démocratie ».
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/ARGENTINE - Premier discours du nouveau Président insistant sur l’importance de « sortir de cette situation au travers de la solidarité »

Fides FR - www.fides.org - Jue, 12/12/2019 - 09:19
Buenos Aires – Le nouveau Président argentin, Alberto Fernández, a rappelé différentes expressions du Pape François dans son premier discours à l’Assemblée législative après sa prestation de serment et la prise de consigne de sa charge des mains du Président sortant, Mauricio Macri. Le responsables du Frente de Todos qui a remporté les élections, accompagné de Cristina Fernández, une nouvelle fois Vice-président, a utilisé la formule « pour Dieu, la Patrie et les Saints Evangiles » lorsqu’il a prêté serment en tant que Chef de l’Etat.
Dans son premier message es qualité, selon ce qu’a souligné l’Agence AICA, Alberto Fernández s’est référé au Souverain Pontife comme au « cher Pape François », utilisant certaines de ses expressions habituelles, notamment celles de « culture du déchet », « marginalisé et exclu », « dernier », « inclusion et équité », « maison commune ». De même, il a indiqué que le Ministère chargé de l’environnement s’inspirera de l’Encyclique Laudato si' du Pape François, qualifiée de « magna carta éthique et écologique au niveau universel ».
« Les marginalisés et les exclus de notre Patrie, ceux touchés par la culture du déchet, n’ont pas seulement besoin d’un morceau de pain au bout de notre table. Ils doivent faire partie intégrante de cette dernière et être des commensaux de la grande table d’une nation qui doit constituer notre maison commune » a souligné le nouveau Président.
Se référant à la situation du pays, Alberto Fernández a affirmé que, « dans un contexte d’extrême gravité, d’urgence, nous devons comprendre qu’il n’est pas possible de demander de sacrifices à ceux qui ont faim. Il n’est pas possible de demander des sacrifices à ceux qui ne parviennent pas à arriver à la fin du mois. Nous devons sortir de cette situation au travers de la solidarité ». Il a par suite continué : « Nous proposons une Argentine où l’accolade se prolonge, se multiplie parce que nous devons nous unir. Si nous réussissons à bloquer la haine, nous pourrons bloquer la chute de l’Argentine. La première et la principale libération en tant que pays consiste à garantir que la haine n’ait pas le pouvoir dans nos esprits, que la haine ne nous colonise pas ».
Categorías: De l’Eglise

ASIE/PHILIPPINES - Premières déclarations du nouveau Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples après sa nomination

Fides FR - www.fides.org - Mié, 11/12/2019 - 13:02
Manille – « Le Saint-Père m’a envoyé un message m’informant de la nouvelle responsabilité qui m’est confiée. Je lui suis reconnaissant de la confiance qu’il repose en moi. Je confie mon nouveau service à la protection de Notre-Dame ». C’est ce qu’a déclaré à l’Agence Fides S.Em. le Cardinal Luis Antonio Gokim Tagle, à peine nommé Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples. Le 10 décembre, il est intervenu à Manille à l’inauguration de l’Institut Veritas pour la Communication sociale, lancé sous l’égide du Bureau chargé des Communications sociales de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie . En marge de la rencontre, le Cardinal, bien que triste de devoir se séparer de la population de l’Archidiocèse de Manille, qu’il a guidée jusqu’à ce jour, a exprimé sa joie et indiqué : « J’ai reçu des messages du monde entier : de l’Afrique, du Proche-Orient, de pays asiatiques tels que le Japon et le Cambodge et de bien d’autres nations. Ceci démontre que, parmi les fidèles, il existe un enthousiasme en faveur de l’œuvre d’évangélisation ».
A l’Institut, le Cardinal Tagle a parlé de « communication et d’évangélisation à l’ère numérique ». « Notre mission commune, dans le cadre de la communication et dans tous les domaines de la vie, est d’aller et de proclamer la Bonne Nouvelle. Allez et proclamez le Dieu qui parle, communique et écoute » a-t-il déclaré. Au sein de l’œuvre d’évangélisation et en particulier dans le domaine des communications sociales, il est nécessaire, ainsi qu’a tenu à le remarquer le Cardinal, « d’impliquer toujours davantage les jeunes et les femmes ». Les premiers « connaissent le monde numérique mieux que nous et peuvent nous donner des conseils merveilleux ». Les femmes par ailleurs, a-t-il rappelé « ont une prédisposition naturelle à la communication interpersonnelle. Apprenons également d’elles » a-t-il exhorté, se référant en particulier à la « spiritualité de l’écoute ». « Ce qui nous revient en ce qui concerne l’évangélisation – a-t-il déclaré – consiste à écouter Dieu et à nous écouter les uns les autres avec patience, intérêt et attention. Ceci est le premier pas nécessaire dans l’évangélisation ».
Concernant les défis pastorales que l’Evangélisation devra relever à l’époque du numérique, il a relevé : « En vivant au temps de l’intelligence artificielle, nous, chrétiens, sommes appelés à développer d’autres types ou formes d’intelligence, telles que l’intelligence relationnelle, qui encourage une personne à générer confiance et sécurité ».
Remarquant le besoin pour l’Eglise en Asie et pour l’Eglise universel de chrétiens prêts à « rendre compte de l’espérance qui est en eux » et capables d’être « des témoins et des annonciateurs de l’Evangile », le Cardinal a conclu : « Tout chrétien est appelé à communiquer, avec sa vie, la présence et la compassion du Christ ».
Categorías: De l’Eglise

ASIE/LIBAN - Banques alimentaires dans les Paroisses, prestations médicales gratuites, la résilience des libanais face à la crise

Fides FR - www.fides.org - Mié, 11/12/2019 - 12:31
Beyrouth – « Mon frère, si tu n’as pas d’argent, n’aies pas honte et ne laisses pas ta famille sans nourriture. Entre si tu le veux et prend ce qui te sert : café, épices, céréales parce que Dieu a soin de toi et de moi ». Tel est le message exposé par Abd Bitari dans la vitrine de son épicerie de Nabatieh, dans le sud du Liban – une zone à majorité chiite – et devenu le symbole de l’esprit de résilience de la population libanaise face à la situation d’urgence politique et économique que connait le pays, esprit se traduisant par d’innombrables initiatives spontanées de solidarité concrète au profit de ceux qui souffrent davantage des effets de la crise.
L’émotion suscitée dans tout le pays par le cas d’un père de famille de la ville d’Arsal dont l’épouse est atteinte d’un cancer et qui s’est suicidé après s’être endetté et ne pas avoir été en mesure de trouver les 1.000 lires libanaises – 50 centimes d’€uro – que sa fille lui avait demandé avant d’aller à l’école, a contribué à cette vague d’initiatives solidaires spontanées.
La résilience des libanais s’exprime de différentes manières. Certains offrent du méthane pour le chauffage à ceux qui ne peuvent l’acheter ; des médecins et des avocats assurent une assistance gratuite à ceux qui en ont le plus besoins ; des banques alimentaires et pharmaceutiques collectant nourriture et médicaments pour le redistribuer aux familles dans le besoin naissent dans différentes parties du pays.
La Paroisse Saint Jean Baptiste de Beyrouth a ainsi inauguré dans les environs d’une structure hospitalière un « frigo mobile » qui distribue à ceux qui le demandent des denrées périssables de première nécessité.
L’urgence économique conditionne et caractérise de différentes manières également les initiatives des Paroisses et écoles chrétiennes qui se préparent à célébrer Noel. Au sein de la Paroisse Saint Marron d’Haret Sakher, dans les environs d’Harissa, les jeunes collectent des vivres et des médicaments pour aider les familles les plus nécessiteuses. Le Conseil pastoral a pris la décision de réduire les dépenses destinées aux célébrations de Noel et de destiner le tout à aider ceux qui sont le plus dans le besoin. Un Comité spécial a été constitué pour coordonner les interventions charitables de la Paroisse.
Les semaines de manifestations et de blocus routiers ont provoqué la fermeture de nombreuses écoles pendant de longues semaines, augmentant les facteurs de crise de nombreux établissements d’enseignement gérés par l’Eglise. Pour récupérer les heures de leçon perdues, les écoles demeureront ouvertes même la veille de Noel et entre temps, le Collège Notre-Dame de Jamhour, dirigé par le Père Charbel Batour, a émis un communiqué visant à suggérer à tous de destiner à des œuvres de charité les ressources traditionnellement destinées à acheter des cadeaux à l’occasion de Noel.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/NIGERIA - Appel de l’Archevêque d’Abuja aux hommes politiques en faveur d’une plus grande proximité vis-à-vis de la population pour comprendre ses besoins

Fides FR - www.fides.org - Mié, 11/12/2019 - 12:01
Abuja – « Vous évitez actuellement le contact avec les personnes dont vous ne comprenez ni les besoins ni les souffrances » a dénoncé S.Exc. Mgr Ignatius Ayau Kaigama, Archevêque d’Abuja, au cours de la cérémonie de prise de possession de l’Archidiocèse le 5 décembre dernier .
« La tendance des responsables à s’entourer de personnel de sécurité armés et munis de chiens de défense doit être évitée. Ils deviennent dans ce cas inaccessibles et insensibles aux besoins de l’homme de la rue. Ils doivent au contraire garantir le fait que les pauvres, les enfants, les adolescents, les jeunes, les veuves, les orphelins, les habitants de la périphérie ne soient pas privés des bénéfices sociaux ou traités injustement » a affirmé l’Archevêque qui a également dénoncé la manière dont certains responsables se cachent dans des bureaux climatisés et voyagent dans des jets ou des hélicoptères pour éviter les rues dans des conditions déplorables suite au manque de maintenance ou encore parce que mal construites.
Mgr Kaigama a tenu en particulier à attirer l’attention des responsables politiques sur la condition des jeunes, qui représentent la majorité de la population de l’Archidiocèse et de l’ensemble du Nigeria. « Je prierai avec nos hommes politiques et je dialoguerai avec eux sur la manière dont aider nos jeunes. Je continuerai à souligner la nécessité de protéger la vie et la propriété de tous les nigérians et d’offrir du travail à notre jeunesse, en l’avertissant d’éviter de tomber dans les pièges des conflits ethniques, religieux et politiques, de la violence et d’autres pratiques antisociales » a-t-il souligné.
Mgr Kaigama a en outre condamné la manière dont certains responsables religieux prêchent la prospérité et affichent la richesse au milieu de la pauvreté qui frappe une grande partie de la population nigériane. « Il n’est pas possible de voir ma position d’Archevêque d’Abuja en termes d’élévation ou de promotion mondaine et pas même de la comparer avec la position d’un Sénateur ou d’un Ministre puissant et aisé. Mon devoir est spirituel et pastoral » a-t-il ajouté.
Mgr Kaigama a enfin remercié le Président, Muhammadu Buhari, et le Vice-président, le Pr. Yemi Osibanjo, de leurs messages de vœux pour sa nouvelle charge.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/MEXIQUE - Plus de 10 millions de pèlerins provenant du monde entier attendus pour la fête de Notre-Dame de Guadalupe

Fides FR - www.fides.org - Mié, 11/12/2019 - 11:14
Mexico – Tout est prêt pour célébrer le 488ème anniversaire des apparitions de Notre-Dame de Guadalupe au Tepeyac. Selon les données diffusées par la Basilique de Guadalupe à Mexico et par le gouvernement de la capitale, demain, 12 décembre, sont attendus quelques 10 millions de pèlerins provenant du monde entier. Selon cette même source, il s’agit du lieu de pèlerinage marial rassemblant le plus grand nombre de personnes sur base annuelle, à savoir 20 millions.
La note parvenue à Fides fait la comparaison avec la Basilique Saint-Pierre de Rome, qui en accueille quelques 18 millions. L’an dernier, les prévisions étaient similaires mais dans les faits, avaient été présents 12 millions de personnes et non pas 10.
L’administration de Mexico a disposé le déploiement de 3.100 agents de police au cours de cette journée alors que les centres d’accueil sont plus que remplis, les Paroisses et les écoles catholiques ayant également préparé des tentes pour accueillir les pèlerins qui ne trouveraient pas d’hébergement. L’Archidiocèse compte sur 17.000 bénévoles pour guider les groupes de pèlerins. La police des Etats voisins a, elle aussi, contribué, en interdisant la circulation des poids lourds, fermant des routes et autoroutes de manière à permettre aux groupes de pèlerins de se rendre plus aisément à la Basilique.
Outre les données et la logistique, le peuple mexicain et américain célèbre cette grande fête de la « Morenita del Tepeyac » comme expression profonde de la dévotion latino-américaine à Notre-Dame, apparu à Saint Juan Diego, un indigène mexicain, symbole du fidèle pauvre.
Dimanche dernier, 8 décembre, l’Archevêque de la capitale, S.Em. le Cardinal Carlos Aguiar Retes, avait invité la communauté mexicaine à respecter la vie des femmes suivant l’exemple de Saint Juan Diego.
« Nous pouvons vivre contents d’être catholiques mais cela ne suffit pas. Il suffit de regarder notre société. Il existe des homicides qui n’ont pas de sens, perpétrés seulement parce que la victime est une femme. Tout cela doit être condamné et chaque cas dénoncé. Il faut défendre les droits des femmes parce qu’elles ont été créées comme les hommes, à l’image et à la ressemblance de Dieu » a déclaré le Cardinal. « Lorsqu’un homme maltraite une femme, il se dégrade lui-même » a-t-il conclu.
L’éditorial de l’hebdomadaire de l’Archidiocèse est sur la même ligne et critique très durement la proposition de séparer les hommes des femmes sur les moyens de transport de la capitale pour éviter harcèlement sexuel et violences à l’encontre des femmes. « Notre société ne va pas bien et s’il est nécessaire de séparer les hommes des femmes dans les transports en commun, ceci est le signe d’une maladie » s’est plaint l’Archidiocèse.
Categorías: De l’Eglise

Páginas