EUROPE/ITALIE - « Vivre en communion de foi et de solidarité pour construire un monde de fraternité universelle »

Fides FR - www.fides.org - Sáb, 19/10/2019 - 13:25
Rome – « La solidarité est un geste qui renvoie tous les hommes et femmes au commandement de l’amour. Chacun de nous est appelé à aimer son prochain, à vivre ensemble comme frères et sœurs, unis au sein d’une grande famille ». C’est que qu’indique à l’Agence Fides le Père Stanley Lubungo, Supérieur général des Missionnaires d’Afrique – connus aussi sous le nom de Pères Blancs – à propos du thème de réflexion proposé par Missio Italie, la Direction nationale italienne des Œuvres pontificales missionnaires, pour le pénultième Dimanche du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019, jour où sera célébrée la 93ème Journée missionnaire mondiale.
« Notre engagement quotidien se traduit par des gestes, des attitudes et des choix d’amour envers tous ceux dont nous nous sentons responsables » explique le Père Lubungo. « Aimer les plus nécessiteux, les sans défense signifie rester à leurs côtés et lutter contre toutes les injustices, les pauvretés, spirituelles et matérielles ».
Selon les propositions de Missio Italie, en ce troisième Dimanche du mois, 20 octobre, tous les fidèles sont en effet appelés à réfléchir sur la solidarité, à ouvrir leur cœur aux besoins spirituels de la mission et à s’engager au travers de gestes concrets. « Tous les chrétiens sont invités à être protagonistes, personnellement – affirme le Père Lubungo – et à être impliqués par le ferment de la charité, devenant ainsi une manière pour se mettre en contact avec l’ensemble de l’humanité » affirme-t-il.
« En ce sens – poursuit le Supérieur général – nous pouvons affirmer qu’être solidaires révèle le monde intérieur du missionnaire, l’homme amoureux de Dieu. Il manifeste le sérieux avec lequel la vie quotidienne est affrontée mais surtout la force intérieure qui, par la grâce de Dieu, le pousse à se placer devant la réalité parce que tous les baptisés ont reçu du Seigneur le grand don de la foi ». La solidarité est, par suite, un élément essentiel de la vie chrétienne. « Il est important pour nous tous – affirme en conclusion le Père Lubungo – de promouvoir la valeur et la richesse de la fraternité ».
Link correlati :La vidéo de l’entretien au Père Stanley Lubungo sur le III° Dimanche du Mois missionnaire extraordinaire
Categorías: De l’Eglise

ASIE/MYANMAR - Nomination de l’Evêque coadjuteur de Lashio

Fides FR - www.fides.org - Hace 4 horas 12 mins
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a nommé Evêque coadjuteur de Lashio le Père Lucas Dau Ze Jeimphaung, S.D.B., jusqu’alors Conseiller provincial et Recteur du Séminaire philosophique salésien de Pyin Oo Lwin.
Le Père Lucas Dau Ze Jeimphaung, S.D.B. est né dans le village de Hpa Hping, dans le district nord de l’Etat Shan, sur le territoire du Diocèse de Lashio le 18 octobre 1962. Il a effectué ses études de Philosophie au Séminaire philosophique salésien Saint Joseph d’Anisakan, fréquentant également l’Université de Yangon, où il a obtenu un Baccalauréat en Histoire , et ses études de Théologie au Séminaire national Saint Joseph de Yangon. Il a émis ses Vœux perpétuels le 6 mai 1993. Le 21 avril 1996, il a été ordonné prêtre.
De 2003 à 2006, il a poursuivi des études de spécialisation aux Philippines, obtenant le Diplôme en Conseil familial en 2004 près l’Université jésuite et un mastère en Sociologie pastorale en 2006 près l’Institut social asiatique. Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 1996-2003 : Econome du Nazareth Aspirantate d’Anisakan, Pyin Oo Lwin, 2003-2006 : études de spécialisation aux Philippines, 2006-2012 : Recteur et Curé de la Communauté Nazareth d’Anisakan, 2008-2011 : Délégué pour la Pastorale des jeunes et Conseiller provincial, 2012-2017 : Responsable de la Mission Wa, dans le Diocèse de Lashio, depuis 2015 : Conseiller provincial , depuis 2017 : Recteur du Séminaire philosophique salésien de Pyin Oo Lwin.
Categorías: De l’Eglise

OCEANIE/PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE - Démission de l’Evêque de Kimbe et nomination de son successeur

Fides FR - www.fides.org - Hace 4 horas 24 mins
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Kimbe présentée par S.Exc. Mgr William Regis Fey, O.F.M., Cap.. Il a simultanément nommé le Père John Bosco Auram, du clergé de Kimbe, jusqu’ici pro-recteur du Séminaire propédeutique du Sacré-Cœur de Rapolo, Evêque de ce même Diocèse.
Le Père John Bosco Auram est né le 19 octobre 1972 dans le village de Kandoka, en province de Nouvelle Bretagne occidentale . Il a débuté son parcours de formation au Petit Séminaire Saint Pierre Chanel d’Ulapia avant d’effectuer ses études de Philosophie et de Théologie au Grand Séminaire du Sacré-Cœur de Rapolo. Il a été ordonné prêtre le 17 janvier 2004 pour le clergé du Diocèse de Kimbe, étant le deuxième prêtre ordonné après la création du Diocèse.
Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 2004-2005 : Vicaire de la Cathédrale de Kimbe, 2005-2007 : Vice-recteur du Petit Séminaire Saint Jean Marie Vianney de Vanimo, 2007-2008 : Vice-recteur du Grand Séminaire Saint Charles Borromée de Vanimo, 2008-2009 : Ministère pastoral au sein de la Paroisse de Kaiai , 2009-2011 : formateur et professeur au Petit Séminaire Saint Pierre Chanel d’Ulapia et au Grand Séminaire du Sacré-Cœur de Rapolo, 2011-2012 : Curé de Silanga, Diocèse de Kimbe, 2012-2013 : études près l’Institut de formation des prêtres d’Omaha et près l’Université pontificale Regina Apostolorum de Rome, ministère pastoral dans la Paroisse de Turuk , 2013-2015 : formateur près le Grand Séminaire du Saint Esprit de Bomana, 2015-2016 : ministère pastoral dans la Paroisse de Sara , 2016-2019 : études de Licence en Théologie pastorale à l’Université Saint Thomas de Manille effectuées en exerçant le service de Directeur spirituel au Séminaire de Manille, depuis 2019 : Pro-recteur du Séminaire du Sacré-Cœur de Rapolo, dans l’Archidiocèse de Rabaul.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/TURQUIE - Les chrétiens non visés par l’offensive militaire turque en Syrie selon les moyens de communication turcs

Fides FR - www.fides.org - Hace 4 horas 45 mins
Istanbul – L’intervention militaire turque dans le nord-est de la Syrie ne vise pas à frapper ou à pénaliser les communautés chrétiennes présentes dans cette zone et les alarmes lancées à cet égard par des moyens de communication et des organisations font partie de la propagande mise en œuvre pour fomenter des sentiments hostiles à la Turquie et au Président Erdogan au sein des opinions publiques des pays occidentaux. C’est ce qu’indiquent les moyens de communication turcs considérés proches du Président Recep Tayyip Erdogan et de son parti, l’AKP. Dans certains cas, la controffensive médiatique fait référence à des situations et épisodes circonstanciés pour réfuter les thèses – accréditées par certains moyens de communication occidentaux – selon lesquelles les communautés chrétiennes présentes dans le nord-est de la Syrie constitueraient une cible de l’offensive militaire turque.
Selon ce qu’indique en particulier Abdulkadir Selvi, correspondant du quotidien turc Hurriyet, des miliciens kurdes auraient déclenché des tirs d’artillerie à partir de Tel Abyad en direction d’Agkcakale, plaçant les mortiers utilisés entre les églises et les édifices qui, dans cette ville, accueillent des institutions des communautés chrétiennes locales, de sorte que les prévisibles représailles turques soit dirigée vers ses mêmes édifices et lieux de culte et qu’il soit ainsi possible de faire croire que l’offensive militaire turque avait été déclenchée pour frapper non seulement les milices kurdes mais également des objectifs chrétiens. D’autres moyens de communication turcs, tels que Sabah et Milliyet, accordent une grande importance à des communiqués et déclarations d’organisations chrétiennes syriaques et assyriennes opérant souvent hors du Proche-Orient – tels qu’Assyria TV, chaine de télévision basée en Allemagne, et la World Syriac Federation, basée en Suède – dans le but de dénoncer les pressions exercées par les militants kurdes du Parti démocratique kurde, branche syrienne du PKK, sur les communautés chrétiennes du nord-est de la Syrie afin de les faire prendre part à la réaction armée à l’offensive militaire turque.
Les moyens de communication turcs, depuis le début des opérations militaires en territoire syrien dénommées « Source de paix » - et actuellement suspendues dans le cadre d’un cessez-le-feu de 5 jours – ont rivalisé pour publier des déclarations d’institutions et de représentants ecclésiastiques qui faisaient état de leur compréhension et de leur soutien à l’offensive voulue par le Président Erdogan. Parmi ces personnalités citées se trouvent le Métropolite syro orthodoxe d’Adiyaman, Gregorius Melki Urek, qui a rappelé que les opérations militaires étaient destinées à fermer le « couloir terroriste » qui se formait au sud-est de la frontière entre la Turquie et la Syrie. Pour sa part, l’Archevêque arménien apostolique Sahak Masalyan – actuellement chargé de la coordination du processus en cours en vue de l’élection du nouveau Patriarche arménien apostolique de Constantinople – a réaffirmé que l’autorité du Patriarcat « se range du côté de la paix », ajoutant que « malheureusement, l’instauration de la paix ne peut pas toujours être réalisée au travers de moyens pacifiques ».
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/CHILI - L’école missionnaire internationale, source d’espoir au sein du Diocèse d’Ancud

Fides FR - www.fides.org - Hace 5 horas 37 mins
Ancud – L’école missionnaire internationale Fazenda a semé l’espoir sur son passage dans le Diocèse d’Ancud, au Chili, ainsi qu’en témoigne la Conférence épiscopale de ce pays dans la note qu’elle a transmis à Fides. Parmi les célébrations promues au titre du Mois missionnaire extraordinaire, la Fazenda de la Esperanza a dédié quarante jours de mission dans le cadre desquels elle a visité différents pays dont le Chili.
Selon la note, 50 missionnaires bénévoles sont partis le 20 septembre dernier pour vivre L’école missionnaire internationale. Dans ce groupe, se trouvent des personnes provenant du Brésil, d’Argentine, d’Uruguay, du Paraguay, d’Allemagne et du Mexique. L’autobus qui les a transportés a parcouru le Chili et devra maintenant se rendre en Argentine puis en Uruguay, en Bolivie et au Paraguay.
Au Chili, les missionnaires se sont rendus dans les Diocèses de Talca et d’Ancud. A chaque étape du parcours, ont eu lieu des prières, des Messes et des moments de réflexion permettant ensuite d’échanger les expériences.
La Fazenda, école missionnaire, a pour caractéristique d’accueillir en particulier des personnes ayant souffert pour une raison ou une autre ou ayant eu de graves problèmes, lesquels trouvent ensuite la force d’en sortir.
La pratique du service aux autres, la visite aux personnes âgées, aux détenus et aux malades hospitalisés ou encore à ceux qui vivent dans la misère marquent un type de vie missionnaire qui récupère les personnes qui, pour différents motifs, se sont refermées sur elles-mêmes et sur leur propre problème existentiel.
La Fazenda compte différents lieux accueillant des jeunes ou des personnes dans le besoin. Au Chili elle dispose d’un siège à Chiloé, qui a été ouvert en avril 2018.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/GUINEE BISSAU - Appel de l’Evêque de Bissau en faveur de la création d’une Commission de réconciliation nationale

Fides FR - www.fides.org - Hace 5 horas 55 mins
Bissau – « De nombreux pays d’Afrique ont déjà donné l’exemple, en créant des Commissions de réconciliation et ont obtenu ainsi d’importants résultats. Pour quelle raison certains de nos frères guinéens ne veulent-ils pas croire dans la force du pardon ? » a affirmé S.Exc. Mgr José Camnate Na Bissing, Evêque de Bissau, en lançant un appel à la réconciliation nationale.
Mgr Camnate Na Bissing a adressé cet appel durant la cérémonie de Profession perpétuelle de Sœur Eva Sambú et de Sœur Wally Fernando Cabral célébrée en l’église Saint Jean Baptiste de Bra, dans la périphérie de Bissau, le 5 octobre dernier.
L’Evêque a souligné que si un homme politique pense qu’en divisant le peuple guinéen il pourra en tirer un avantage, il est sur la voie du suicide civil. Mgr Camnate Na Bissing a encore affirmé qu’il est nécessaire que les guinéens résolvent les conflits par le dialogue.
« Si nous voulons aider ceux qui ne sont pas chrétiens à comprendre la véritable signification de la vie consacrée, sacerdotale et religieuse, nous pouvons enseigner que tous les groupes ethniques en Guinée Bissau croient en Dieu comme source de vie et que chaque groupe ethnique cherche à rendre grâce à Dieu pour le don de la vie et pour qu’il n’oublie pas Celui qui lui a concédé ce don » a poursuivi l’Evêque.
« La vie consacrée pour l’Eglise catholique porte toujours avec elle ce sentiment de gratitude envers Dieu en tant que Père d’infinie bonté et miséricorde » a-t-il conclu.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/VIETNAM - Début de l’Année universitaire à l’Institut supérieur de Xuan Loc

Fides FR - www.fides.org - Hace 6 horas 47 mins
Xuan Loc – « Vous avez choisi l’école, lieu où vous avez cultivé vos rêves. Maintenant réalisez-les en transformant les enseignements reçus en capital de la vie et devenez les témoins de Dieu dans les différents milieux de votre vie ». C’est en ces termes que le Père Joseph Nguyen Van Uy, Directeur de l’Institut éducatif Hoa Binh Xuan Loc s’est adressé aux 552 diplômés qui, ces jours derniers, ont reçu leur titre d’études au terme de leurs études. La cérémonie de remise des diplômes a eu lieu simultanément avec l’inauguration de la nouvelle année universitaire 2019-2020. Etaient notamment présents à la cérémonie S.Exc. Mgr Jean Do Van Ngan, Evêque auxiliaire de Xuan Loc et Président du Conseil d’administration de l’Institut, et le Père Trinh Thanh Toan, Vice-directeur de ce même Institut.
Après la cérémonie, une Messe solennelle d’action de grâce a été célébrée pare S.Exc. Mgr Jean Do Van Ngan. Dans son homélie, l’Evêque a exhorté les étudiants à « vivre toujours unis, dans l’étude et dans le travail, en exploitant au maximum les talents reçu du Seigneur pour glorifier Dieu dans la vie ». Il a ensuite demandé à Dieu « d’aider tout un chacun au cours de la nouvelle année universitaire afin qu’elle porte beaucoup de fruits dans la vie naturelle et spirituelle ».
En 2019, l’Institut Hoa Binh Xuan Loc a accueilli 1.580 nouveaux étudiants. Actuellement, il compte 3.650 étudiants inscrits et élèves encadrés dans le cadre d’un diplôme triennal après la fin de l’école supérieure en ce que n’ayant pas été admis à l’Université. Il s’agit d’étudiants provenant de 26 des 27 Diocèses du pays et de 52 villes du Vietnam.
Le plus important objectif de l’Institut – a souligné le Directeur – est de « former de bons chrétiens et de bons citoyens qui, ayant une vie loyale, respectueuse de la loi, pourront aider les pauvres et les faibles » selon une conception de « promotion intégrale de la personne ».
En outre, l’Institut vise également à promouvoir la rencontre et l’échange entre étudiants et enseignants, spécialement dans le domaine de la recherche, en établissant des contacts avec d’autres instituts et des universités dans et hors du pays.
Actuellement l’Institut Hoa Binh Xuan Loc est le seul Institut catholique supérieur du Vietnam, géré et dirigé par le Diocèse de Xuan Loc. Il a été fondé en 2012, initialement en tant qu’école professionnelle, où les étudiants pouvaient apprendre différents métiers. En 2017, il a été promu au rang d’Institut supérieur.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/MALAISIE - Des prêtres prêts pour la mission ad gentes dans le cadre du Mois missionnaire extraordinaire

Fides FR - www.fides.org - Hace 7 horas 12 mins
Kuching – Les prêtres de l’Archidiocèse de Kuching, en Malaisie, et du Vicariat apostolique du Brunei ont renouvelé leur engagement en faveur de la mission ad gentes. En vivant le Mois missionnaire extraordinaire, proclamé par le Pape François pour octobre 2019, 84 prêtres provenant de toute la région malaisienne de Sarawak et du Brunei ont participé ces jours derniers à une retraite spirituelle de cinq jours tenue au Séminaire Saint Pierre de Kuching.
Le Père Antonio Pernia, ancien Supérieur général de la Société du Verbe Divin , Congrégation ayant comme charisme spécifique l’œuvre missionnaire, a animé la retraite, exhortant les prêtres présents à être « toujours prêts à sortir de leur zone de confort et à accueillir en particulier les étrangers et les pauvres dans les Paroisses et communautés, à la lumière des enseignements de l’Eglise, de la Bible et du Pape François ».
La réflexion s’est concentrée sur la mission ad gentes et a permis aux prêtres de réfléchir sur « l’idée et la signification de la mission, sur ses défis et sur les nouvelles approches en matière de diffusion de la Bonne Nouvelle en Malaisie et en Asie » a déclaré à Fides le Père David Au qui participait à la retraite.
En outre, dans une société multiculturelle comme celle de la Malaisie, « il est toujours nécessaire d’être plus inclusifs et d’apprécier la diversité des cultures à l’intérieur de l’Eglise » a affirmé le prêtre. Tant la Malaisie que le Brunei sont des pays à majorité musulmane et des sociétés multiculturelles, au sein desquelles les chrétiens représentent une minorité.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/MALAWI - Les laïcs engagés dans l’Evangélisation dans le cadre du Mois missionnaire extraordinaire

Fides FR - www.fides.org - Hace 7 horas 21 mins
Lilongwe – La Paroisse Saint Pie de l’Archidiocèse de Blantyre accueillera l’événement clou du Mois missionnaire extraordinaire, à savoir la Messe du Dimanche 20 octobre, date à laquelle l’Eglise célèbre la Journée missionnaire mondiale.
Ainsi que l’indique à Fides la Conférence épiscopale du Malawi, déjà au cours de la Messe d’ouverture du Mois du Rosaire, célébrée par le Père Vincent Mwakhwawa, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Malawi, le Père George Kaliati, Curé de la Paroisse Saint Pie, a invité les fidèles à « être protagonistes de la mission », au travers d’un plus grand engagement dans les œuvres et les services d’évangélisation. « Nous sommes heureux et honorés d’avoir été choisis comme Paroisse modèle pour cette occasion importante. Les Evêques nous ont confié la Messe principale de ce Dimanche » a déclaré le Père Kaliati.
Le Curé de la Paroisse Saint Pie a invité les fidèles à réaliser les objectifs fixé par le Pape François pour ce mois : « Mettons au centre l’Evangile : par la foi, renforçons notre vie spirituelle et familiale, continuons à prier Notre-Dame, en lui confiant notre vie et demandons son intercession » a-t-il rappelé. La Paroisse vise entre autre à renforcer les œuvres de bienfaisance et les visites à des fidèles catholiques mais aussi à des familles non catholiques, les aidant tous à relever les défis de la vie familiale et sociale.
Categorías: De l’Eglise

EUROPE/ITALIE - Béatification du Père Cremonesi, martyr, à la veille de la Journée missionnaire mondiale du Mois missionnaire extraordinaire

Fides FR - www.fides.org - Hace 7 horas 32 mins
Crème – Demain, samedi 19 octobre, veille de la Journée missionnaire mondiale, au cœur du Mois missionnaire extraordinaire proclamé par le Pape François pour ce mois d’octobre 2019, en la Cathédrale de Crème, son Diocèse d’origine, aura lieu la Messe solennelle de Béatification du Père Luigi Cremonesi, missionnaire de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères, tué in odium fidei le 7 février 1953au Myanmar, pays où il avait passé 28 ans de mission. Le rite sera présidé, au nom du Saint-Père, par S.Em. le Cardinal Angelo Becciu, Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints, sachant que concélébreront l’Evêque de Crème, S.Exc. Mgr Daniele Gianotti, et l’Evêque de Taungngu, au Myanmar, lequel sera accompagné par une délégation diocésaine.
En annonçant la reconnaissance du martyre du Père Cremonesi, premier martyr de l’histoire de ce Diocèse, Mgr Gianotti avait souligné que « le témoignage du Père Cremonesi pourra nous aider à tenir bien vivant en nous le feu de la mission, le désir de porter à tous la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ » .
Au Diocèse de Crème, appartient également le Père Pier Luigi Maccalli, missionnaire de la Société des Missions africaines qui œuvrait au Niger et a été enlevé voici 13 mois . Au cours de la Messe de Béatification du Père Cremonesi, des prières seront également élevées pour « ceux qui, dans tous les coins du monde, sont persécutés à cause de la foi, pour le Père Pierluigi Maccalli, privé de sa liberté, pour tous ceux qui souffrent à cause du témoignage rendu à l’Evangile, afin qu’ils conservent le courage de persévérer dans la fidélité ».
Le Père Alfredo Cremonesi est né à Ripalta Guerina, dans le Diocèse de Crème le 16 mai 1902. En 1911, il entre au Séminaire diocésain. Une fois consolidée sa vocation missionnaire, il est accueilli, en 1922, au Séminaire lombard pour les Missions étrangères de Milan. Le 12 octobre 1924, il est ordonné prêtre et un an plus tard, il est envoyé à Toungoo, en Birmanie. En aout de l’année suivante, il fut transféré à Yedashé et en 1929, dans le village de Donoku, qui dépendait d’un district très étendu et particulièrement difficile à parcourir, avec des villages reculés, atteignables seulement au prix de grands efforts. Il se dédia au monde indigène et, malgré les difficultés, obtint de bons fruits spirituels, s’engageant également dans la promotion humaine de la population, très pauvre. Son action pastorale se fondait sur une intense vie de prière, alimentée par l’Adoration eucharistique, surtout nocturne, dans le style monastique, qui l’avait toujours fasciné.
Le Père Cremonesi publia de nombreux articles sur la revue de son Institut, Les Missions Catholiques, présentant l’activité évangélisatrice et informant sur la situation politique en Birmanie. Au terme de la II° Guerre mondiale, le pays obtint son indépendance de la Grande-Bretagne, mais une guerre civile éclata entre les différentes ethnies. Les minorités religieuses, comme les catholiques, devinrent l’objet de grande hostilité qui se manifesta fréquemment par l’expulsion des missionnaires européens. Le Père Cremonesi ne craignit pas de dénoncer les crimes perpétrés, affirmant que seule une paix juste aurait pu résoudre les controverses. En 1950, il fut contraint à quitter Donoku où il voulut cependant retourner en 1952, même s’il avait bien conscience de s’exposer à de graves risques. Le 7 février 1953, alors qu’il se trouvait dans le village de Donoku, il fut impliqué dans un affrontement entre miliaires et rebelles. Il accueillit les militaires en habit religieux et défendit ses fidèles, soupçonnés de favoriser les rebelles antigouvernementaux. Certains militaires, pris par la haine antichrétienne, le tuèrent en lui tirant dans l’œil, avant de détruire tout édifice caractérisé par une croix. Selon le témoignage des présents, le Père Cremonesi fut assassiné alors qu’il priait. Il fut le seul à mourir, la population du village étant épargnée et pouvant ainsi ensevelir sa dépouille après une veillée nocturne, dans le cimetière du village. Immédiate et unanime fut la conviction que le missionnaire avait été tué in odium fidei et qu’il était par suite martyr.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/NIGERIA - Nomination de l’Evêque auxiliaire d’Owerri

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 12:49
Cité du Vatican – Le Saint-Père François a nommé Evêque auxiliaire de l’Archidiocèse d’Owerri le Père Moses Chikwe du clergé d’Owerri, jusqu’ici Directeur de l’Education de l’Archidiocèse d’Owerri et collaborateur de la Paroisse Saint Thomas More, lui assignant le siège épiscopal titulaire de Flumenzer.
Le Père Moses Chikwe est né le 4 avril 1967 à Uzoagba-Ikeduru . Il a fait ses études philosophiques au Grand Séminaire Saint Joseph d’Ikot-Ekpene et ses études de Théologie au Grand Séminaire Bigard Memorial d’Enugu . En 2013, il a obtenu un Doctorat en Educational Administration près l’Université de Californie de Los Angeles. Il a été ordonné prêtre le 6 juillet 1996 pour le clergé de l’Archidiocèse d’Owerri.
Après son ordination, il a exercé les ministères suivants : 1996-1997 : Vicaire de la Paroisse de la Sainte Croix d’Emii, 1997-1998 : Vicaire de la Paroisse Sainte Colombe d’Amaimo, 1998-2002 : Editeur adjoint de l’hebdomadaire diocésain The Leader et Directeur-adjoint de la maison d’édition Assumpta Printing Press, de l’Archidiocèse d’Owerri, 2002-2005 : Etudes supérieures près l’Université Loyola Marimont de Los Angeles , 2005-2010 : Aumônier près le Los Angeles Medical Centers, Archidiocèse de Los Angeles. Lors de ses études aux Etats-Unis, il a exercé différents ministères dont : 2008-2010 : Aumônier près le Veterans’ Administration Medical Center du Grand Los Angeles , 2010-2016 : Aumônier près le Veterans’ Administration Medical Center de San Diego, et dans le même temps, résident près la Paroisse Saint Charles Borromée puis la Cathédrale Saint Joseph, 2016-2017 : Collaborateur de l’Information Communications Technology Directorate de l’Archidiocèse d’Owerri, 2017-2018 : Directeur-adjoint de l’éducation de l’Archidiocèse d’Owerri, depuis 2018 : Directeur de l’éducation de l’Archidiocèse d’Owerri et collaborateur de la Paroisse Saint Thomas More d’Owerri.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/NICARAGUA - Poursuite de la campagne de haine contre l’Eglise sur les réseaux sociaux

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 12:26
Managua – L’Eglise catholique a trois caractéristiques. Elle est une, sainte catholique et apostolique mais il en manque une autre, qui devrait être introduite au Credo, est qui est qu’elle est persécutée. A le rappeler, en reportant l’observation faite par d’autres, a été l’Archevêque de Managua et Président de la Conférence épiscopale du Nicaragua, S.Em. le Cardinal Leopoldo Brenes, au terme de la Messe célébrée le Dimanche 13 octobre à l’école du Christ Roi de Managua. Le commentaire a été fait dans le contexte de la reprise des attaques contre l’Eglise perpétrées par le parti aux affaires. L’Agence Fides, comme d’autres agences d’information, ont reçu divers signalement du fait que, sur les réseaux sociaux, sont apparus des messages incitant à la haine envers l’Eglise catholique et envers les prêtres, avec des représentations macabres de mannequins pendus portant la soutane noire.
Le Cardinal Brenes a dans tous les cas minimisé cette campagne agressive, l’attribuant à « des jeunes paresseux qui n’ont rien à faire » et « cherchent comment se distinguer parce qu’ils n’ont pas d’autres moyens ». Il a toutefois reconnu que l’Eglise au Nicaragua est constamment en état de siège, de manière plus fréquente encore depuis le 18 avril 2018, après que les Evêques, témoins et médiateurs du dialogue national, aient proposé comme porte de sortie à la crise sociopolitique du pays le départ du Président Daniel Ortega et l’organisation d’élections anticipées, élections qui devraient être libres, propres et comprenant de pleines garanties démocratiques, ainsi que l’a affirmé plus d’un membre de l’Eglise ces derniers mois .
Le Père Edwin Román, Curé de la Paroisse Saint Michel de Masaya, dans un entretien accordé à la chaine de télévision 100% Noticias, a déclaré que les auteurs intellectuels des attaques contre les Evêques et contre l’Eglise au Nicaragua ont gagné « un degré plus élevé » en tant que protagonistes et promoteurs de cette campagne. « Le monde doit savoir qui sont ceux qui promeuvent la haine au Nicaragua. Ce sont toujours les mêmes auteurs de tant de morts et ils doivent être bloqués » a-t-il réaffirmé.
Le Père Edwin Román a expliqué à la presse qu’il ne s’agit pas seulement de prêtres mais de tout bon citoyen qui désire la justice, la liberté et la démocratie pour le Nicaragua. « Il suffit d’élever la voix pour demander ces choses pour être signalés comme ennemis du gouvernement. Il n’est pas nécessaire de le prouver, ainsi que le démontre la quantité de frères qui se trouvent en exil » a souligné le Curé de Masaya.
En conclusion de son intervention, le Père Román a rappelé une réalité : « Les agressions que l’Eglise subit actuellement dépassent celles dont elle fut victime dans les années 1980, au cours de la guerre civile. Dans les années 1980, il y avait la dictature de Somoza contre les bras levés avec les armes. L’actuelle est en revanche une dictature contre un peuple désarmé ».
Categorías: De l’Eglise

ASIE/PAKISTAN - Nomination du Recteur du Séminaire philosophique interdiocésain Saint François Xavier sis à Lahore

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 11:27
Cité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 7 aout 2018 a nommé Recteur du Séminaire philosophique interdiocésain Saint François Xavier sis dans l’Archidiocèse de Lahore le Père Almas Daniel Archangelus, du clergé du Diocèse de Faisalabad.
Le nouveau Recteur est né à Okara le 17 janvier 1973 et a été ordonné prêtre le 1er octobre 2001. Il a étudié la Philosophie au Séminaire Saint François Xavier de Lahore et la Théologie au Séminaire du Christ Roi de Karachi, avant d’obtenir une Licence en Liturgie à l’Institut pontifical liturgique Saint Anselme de Rome. Il a ensuite suivi une année de formation pour travailler en Séminaire à Dublin . Après son ordination diaconale, il a exercé son ministère dans le Diocèses d’Hyderabad, continuant à le faire après son ordination sacerdotale jusqu’à son envoi à Rome pour les études en liturgie. Depuis 2009, il enseigne la liturgie à l’Institut national catholique de Théologie de Karachi et depuis 2012 au Séminaire Saint François Xavier.
Categorías: De l’Eglise

AFRIQUE/KENYA - Prêtre enlevé et assassiné

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 11:22
Nairobi – Le corps sans vie du Père Michael Maingi Kyengo, Vicaire paroissial au sein du Diocèse de Machakos, enlevé le 8 octobre dernier, a été retrouvé enseveli dans les environs des rives du fleuve Mashamba à Makima, dans le comté d’Embu.
Le Père Kyengo, âgé de 43 ans, avait été vu pour la dernière fois le 8 octobre. Le 11, les membres de sa famille en avaient dénoncé la disparition à la police.
Les enquêteurs sont parvenus à arrêter un suspect qui avait pris possession de son téléphone portable, de sa voiture et de sa carte de crédit. Interrogé, l’homme a conduit la police sur le lieu où a été retrouvé le corps du Père Kyengo. L’assassin aurait étranglé le prêtre avant de lui trancher la gorge.
Le jeune arrêté, Michael Muthini Mutunga, 25 ans, aurait eu des complices qui sont pour le moment encore recherchés.
Le Père Kyengo avait été ordonné en 2012 et a toujours exercé son ministère près la Paroisse de Thatha.
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/COLOMBIE - Rosaire missionnaire transmis sur les chaines numériques et par les réseaux sociaux

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 10:53
Bogotá – Dans le cadre du Mois missionnaire extraordinaire et à la veille de la Journée missionnaire mondiale, à 19.00 locales en ce 17 octobre, au siège des Œuvres pontificales missionnaires de Colombie, sera récité le Rosaire missionnaire, lequel sera retransmis sur les chaines numériques et par les réseaux sociaux des Œuvres pontificales missionnaires et de la Conférence épiscopale de Colombie.
Selon les informations parvenues à Fides, au Rosaire missionnaire participera le Père Ramiro Antonio López, Directeur du Département d’Animation missionnaire de la Conférence épiscopale et une communauté de familles missionnaires. Au cours de la transmission, le Père López présentera l’action entreprise par l’Episcopat colombien en faveur des missions ainsi que son expérience missionnaire. L’initiative répond à l’invitation du Pape François faite à tous les croyants afin qu’ils s’unissent aux missions de manière personnelle et communautaire par la prière. A cette occasion, les participants prieront pour la Colombie et tous les colombiens, pour l’environnement, les missions et les missionnaires œuvrant dans la région amazonienne, dans celle de l’Orénoque et dans la région andine ainsi qu’aux Caraïbes et dans le Pacifique colombien.
La semaine passée, les réseaux sociaux des Œuvres pontificales missionnaires de Colombie ont retransmis la prière du Rosaire missionnaire pour les cinq continents conduite par le Père Alexis Gil Henao, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaire de Colombie. Au cours de la transmission, ce dernier a souligné que la première chose dont les missionnaires ont besoin est la prière, afin d’être soutenus par Dieu dans leur devoir. Par suite, ils ont besoin d’être aidés dans les nombreuses nécessités matérielles existant dans les territoires de mission, comme par exemple les moyens de transport permettant d’atteindre les diverses communautés, des denrées alimentaires ou des subsides catéchétiques… Dans le monde, existent 1.115 Circonscriptions ecclésiastiques confiées aux bons soins de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples et 12 territoires missionnaires se trouvent en Colombie.
Au début d’octobre , la Conférence épiscopale avait invité toutes les Paroisses, Communautés religieuses, mouvements et groupes apostoliques ainsi que les familles et les fidèles en général à prier au travers de la récitation du chapelet en faveur des Missions au cours de ce Mois missionnaire extraordinaire.
Categorías: De l’Eglise

ASIE/AFGHANISTAN - Situation incertaine après les élections malgré le désir de paix, de sécurité et de travail de la population

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 10:29
Kaboul – « Que le prochain Président soit Ghani ou Abdullah, il devra se donner beaucoup de mal avant de gagner la confiance des afghans qui demandent la sécurité, la paix, et du travail, ce que, jusqu’ici, ils n’ont pas eu. Le prochain Président devra en outre affronter l’autre grande question demeurée en suspens, à savoir le processus de paix avec les talibans. Dans tous les cas, du résultat électoral final – qui sur le papier devrait tomber le 7 novembre mais sera probablement retardé – il ne faut pas attendre grand-chose. Selon les données disponibles, seuls 2 millions d’afghans ont voté de manière régulière soit un cinquième de ceux présents sur les listes électorales et un quinzième de la population totale. Le déficit de légitimité du gouvernement et des institutions ne peut être comblé par un scrutin si partiel et circonscrit ». C’est ce que raconte à l’Agence Fides Giuliano Battiston, analyste et auteur de diverses recherches sur la société civile afghane à propos des élections présidentielles du 28 septembre dernier.
La situation dans le pays est encore très incertaine. « A plus de deux semaines de distance, la Commission électorale indépendante n’a toujours pas expliqué combien étaient le nombre total des votes exprimés, ceux qui doivent être considérés comme valides ou non et quel est le taux de participation dans chacune des 34 provinces afghanes » indique l’analyste, ajoutant : « Il existe de multiples controverses : sur la fiabilité du système adopté, sur la prise ou non en compte au final des votes non validés au travers des instruments d’identification biométriques, sur la transparence même de la Commission électorale, laquelle subit des pressions politiques de la part de toutes les parties impliquées, dans un climat politique de profonde incertitude et inquiétude ».
Entre temps, les deux principaux candidats, le Président sortant, Ashraf Ghani, et le Premier Ministre, Abdullah Abdullah, ont déjà proclamé l’avoir emporté. De là, explique le chercheur, la préoccupation que puisse se répéter la situation de 2014. « A l’époque, Ghani et Abdullah arrivés au ballottage, s’accusèrent réciproquement de fraudes, la tension monta et le Secrétaire d’Etat américain de l’époque, John Kerry, dut intervenir, imposant un gouvernement d’unité nationale. Cette fois, cependant, les Etats-Unis ne semblent pas intentionnés à jouer le rôle de médiateurs et un ultérieur compromis politique qui ne respecterait pas la volonté populaire – malgré la faiblesse de la participation – serait mal accueilli par la population, déjà critique pour l’excessive ingérence d’acteurs extérieurs dans la politique afghane » conclut Giuliano Battiston.
En Afghanistan, la guerre se poursuit. Parmi les récentes attaques, on notera celui du 16 octobre dans le district d’Alishang, où un camion chargé d’explosif a explosé dans les environs d’un quartier général de la police, provoquant la mort d’au moins trois agents de sécurité et une douzaine de blessés, en majorité des enfants.
« Nous croyons fermement que Jésus-Christ est Seigneur et Roi de l’Univers. Il veut régner sur toutes les nations et Son Règne est « un règne de vérité et de vie, un règne de sainteté et de grâce. Un règne de justice, d’amour et de paix ». Prions le Divin Cœur afin qu’Il œuvre pour notre salut ». Tel a été l’appel lancé voici quelques semaines par le Supérieur de la Missio sui iuris en Afghanistan, le Père Giovanni Scalese.
Categorías: De l’Eglise

EUROPE/ESPAGNE - Souvenir du Père Maccalli de la part de missionnaires dans l’attente de sa libération

Fides FR - www.fides.org - Jue, 17/10/2019 - 09:35
Madrid – « Plus d’un an s’est écoulé depuis que nous avons reçu la nouvelle de l’enlèvement du Père Pier Luigi Maccalli, notre ami et confrère. Je me rappelle encore d’avoir reçu l’appel téléphonique au terme de la Messe dans la Paroisse de Bugu, au Bénin, et que tous, y compris les fidèles qui m’avaient accompagné, étaient restés sans voix ». C’est ainsi que débute la note que le Père Marcos Delgado Arce, de la Société des Missions africaines, nouveaux Provincial en Espagne, a envoyé à l’Agence Fides à l’occasion du 13ème mois de captivité du Père Pier Luigi Maccalli, enlevé au Niger le 17 septembre 2018 . « Tous se demandent le motif de ce geste, ce qui peut s’être passé et pour quelle raison Dieu l’a permis » indique le religieux.
Quelques mois plus tard, deux autres confrères de la Société des Missions africaines ont été contraints à quitter la mission de Torodi, dans la région de Tillaberi, au sud-est du Niger, à 60 Km de Niamey et de la frontière avec le Burkina Faso, à cause du danger qu’ils encouraient. « Grâce à Dieu, en ces jours, ils retournent au Niger mais à Gaya, à la frontière avec le Bénin » a ajouté le Père Marcos Delgado Arce, qui a été missionnaire dans ce pays jusqu’en juillet dernier.
« Le 17 septembre dernier, à un an de l’enlèvement du Père Maccalli, nous nous sommes retrouvés à Madrid sans les réponses à ces questions. La province d’Espagne de la Société des Missions africaines, avec tous les autres confrères, s’est unie dans une grande Messe, en compagnie des collaborateurs, des amis et de la population, pour se souvenir et prier pour notre cher ami ».
« Une banderole portant la phrase « Avec toi Luigi, nous souffrons, nous prions et nous espérons » résume ce que nous vivons actuellement. Nous sommes tous unis au Père Maccalli et nous vivons avec lui sa captivité imaginant ce qui se passera. Avec lui, nous sommes unis par la prière, qui est la seule chose que nous puissions faire depuis ici et avec lui nous attendons sa rapide libération ».
« A cette période – conclut le Père Marcos Delgado Arce – nous avons accordé différents entretiens pour parler du Père Maccalli et de la réalité au Niger mais aussi pour inviter tout un chacun à s’unir à la chaine de prière que nous avons lancé. Nous espérons que l’opinion publique et les institutions politiques pourront nous aider. Nombreux sont ceux qui, chaque jour, continuent à prier et à demander sa libération. Une photo du Père Maccalli se trouve sur l’autel de notre chapelle ce qui nous aide à demeurer proches de lui et de tous les amis qui œuvrent dans cette zone de l’Afrique ».
Categorías: De l’Eglise

VATICAN - La prière, première œuvre missionnaire

Fides FR - www.fides.org - Mié, 16/10/2019 - 13:22
Cité du Vatican – « Pauline Jaricot, laïque française aujourd’hui Vénérable, qui lança, en 1822, l’Œuvre de la Propagation de la Foi, conçut et mit à la base de l’œuvre missionnaire la prière. Elle réunit des personnes pour prier en faveur des missions et, quelques années plus tard, elle inventa le Rosaire vivant, un réseau qui existe encore aujourd’hui. Il s’agit de groupes de vingt personnes qui, chaque mois, après une Messe, reçoivent un mystère du Rosaire à prier. Chacune d’entre elles a un Mystère différente de sorte que l’ensemble des vingt mystères soient récités au cours du mois grâce à l’union spirituelle des membres du groupe. Aujourd’hui, nous désirons souligner que la prière du Rosaire est encore fondamentale pour l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi, qui soutient et finance tant de projets concrets, de nature ecclésiale et missionnaire de par le monde. Ainsi que l’a remarqué le Pape François, la première œuvre missionnaire est la prière ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Tadeusz J. Nowak OMI, Secrétaire général de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi, intervenu à la présentation de « cliquer pour prier : le Rosaire virtuel », lancée à l’occasion du Mois missionnaire extraordinaire proclamé par le Pape François pour octobre 2019.
« ClickTo Pray eRosary » est un bracelet numérique qui s’active en faisant le signe de la croix. Il s’agit d’un dispositif interactif intelligent qui fonctionne sur la base d’une application téléchargeable gratuitement présentée par le Réseau mondial de prière du Pape. L’application est dénommée « ClickTo Pray » et « s’adresse surtout aux jeunes, dans l’espoir de leur enseigner à prier le Chapelet ».
Categorías: De l’Eglise

AMERIQUE/HONDURAS - Déclaration de la Conférence épiscopale pour le Mois missionnaire extraordinaire

Fides FR - www.fides.org - Mié, 16/10/2019 - 13:05
Tegucigalpa – « Evangéliser ne consiste pas seulement à annoncer la joie de l’Evangile mais aussi à dénoncer tout ce qui nie la vie, fait obstacle au développement de la personne et de la communauté. Ceci a de profondes et graves répercussions sociales et politiques contre lesquelles nous, Evêques, en tant que Pasteurs, ne pouvons demeurer indifférents ». C’est ce qu’affirme la Conférence épiscopale du Honduras dans le Message qu’elle a publié à l’occasion du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019.
Les Evêques présentent leur analyse de la réalité du pays : « Nous voyons, avec une douleur profonde, combien le fléau du trafic de drogue, comme l’a qualifié le Pape François, qui a mis fin à tant de vie et se trouve soutenu par des hommes sans scrupules, constitue une réalité qui a imprégné les institutions de notre pays et par conséquent a provoqué une détérioration accélérée de l’image de notre nation ». Ils indiquent par suite les responsables d’une telle situation : « De cette réalité sont coupables les hommes politiques qui étaient d’accord avec la criminalité organisée et avaient oublié que l’éthique en fait les gardiens du bien commun et non de leurs propres intérêts personnels ».
A propos de l’exercice de la politique, le document affirme : Notre politique vernaculaire a été caractérisée par l’usage constituant à ignorer directement le peuple, à parler en son nom en finissant par conclure des pactes qui ne bénéficient en aucun cas au peuple lui-même ». « Cela fait très mal de dire que ce qu’exporte le plus le Honduras ce sont des êtres humains mus par l’espérance d’une vie meilleure. Cependant, il s’agit d’un espoir frustré lorsque nous voyons les 87.337 honduriens qui ont été expulsés au cours de la seule année 2019 ».
Les Evêques invitent par suite à œuvrer pour la justice, la paix et le bien commun du pays : « Il est urgent que les valeurs morales, de la disponibilité de tous à servir fidèlement la loi fassent l’objet d’une révision. Il est urgent que soit mise en place une justice qui permette de construire un pays dans l’équité et nous aide à surmonter cette page douloureuse de l’histoire nationale, marquée par le poids du trafic de drogue, par la corruption, par l’impunité et par les abus de pouvoir ».
Le texte, signé par la Présidence de la CEH, s’achève par une invocation : « Demandons à Dieu, Notre Seigneur, par l’intercession de Notre-Dame de Suyapa, Patronne du Honduras, de nous illuminer et de nous donner la force de prendre soin, de respecter et de promouvoir la vie, cette vie qui nous permet de partager comme des frères ce pays que nous devons faire nôtre parce que son présent et son avenir sont de la responsabilité de tous ».
Categorías: De l’Eglise

ASIE/PROCHE-ORIENT - Appel en faveur de la sauvegarde de l’unité territoriale de la Syrie de la part du Conseil des églises du Proche-Orient

Fides FR - www.fides.org - Mié, 16/10/2019 - 12:57
Beyrouth – Le Conseil des églises du Proche-Orient exprime sa douleur et son appréhension pour les victimes des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre s’étant vérifiée récemment en Irak ainsi que suite à l’offensive militaire conduite par la Turquie dans le nord-est de la Syrie qui pourrait avoir « de graves répercussions sur l’intégrité territoriale » de ce pays et aggraver les conditions d’urgence humanitaire représentées par les millions de réfugiés et d’évacués présents dans l’ensemble de la région. Dans un communiqué diffusé par les organes officiels du Conseil des églises du Proche-Orient, les responsables de l’organisme œcuménique invoquent dans la prière « la fin de toute forme de violence et que soit garantie la protection de la dignité humaine de tous, réaffirmant dans le même temps le droit des peuples à l’autodétermination, de manière cohérente avec l’arabité et les valeurs d’amour, de justice, de droits fondamentaux et de responsabilité commune dans la construction de la paix ».
Le communiqué du Conseil des églises du Proche-Orient s’achève par un appel aux consciences de tous afin que les parties impliquées bloquent « le cycle de la guerre et de la violence dans la région bénie de l’Orient ».
Le Conseil des églises du Proche-Orient, fondé à Nicosie en 1974 et ayant actuellement son siège à Beyrouth, a pour but de faciliter la convergence des communautés chrétiennes du Proche-Orient sur des thèmes d’intérêt commun et de favoriser le dépassement de contrastes de matrice confessionnelle.
Le Pr. Souraya Bechealany, chrétienne maronite et enseignante de Théologie près l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, a été élue Secrétaire général du Conseil des églises du Proche-Orient en janvier 2018 et a entrepris, avec ses collaborateurs, un processus de restructuration des départements de l’organisme œcuménique.
Categorías: De l’Eglise

Páginas