AFRIQUE/TCHAD - Suites positives du Mois missionnaire extraordinaire au sein de l’Eglise au Tchad

Fides FR - www.fides.org - Gio, 02/01/2020 - 11:28
N’Djamena – « Les célébrations ont été vécues avec joie et ont historiquement marqué ce mois » affirme un rapport des Œuvres pontificales missionnaires du Tchad envoyé à l’Agence Fides.
« Les conférences radio diffusées, les formations du personnel apostolique et des animateurs missionnaires, les pèlerinages missionnaires, les veillées de prières, les concerts, les célébrations eucharistiques et autres activités sont les moments forts qui ont positivement marqué ce Mois missionnaire extraordinaire » poursuit le rapport.
Pour conserver le dynamisme du Mois missionnaire extraordinaire, est prévue une montée en puissance des initiatives qui, chaque année, sont organisées pour le Mois missionnaire ordinaire.
« Chaque année, il faut lancer solennellement le Mois Missionnaire avec une messe d’ouverture et de clôture en privilégiant durant tout le mois d’octobre les activités suivantes : pèlerinage, rosaire missionnaire, séances de prière missionnaire, faire l’animation avec la figure des témoins missionnaire, concours de composition des chants missionnaire… en se servant du matériel pédagogique d’animation et de visibilité ; tout en utilisant les mass-médias ». Il est prévu de former de nouveaux animateurs missionnaires au sein d’une Ecole d’Animation missionnaire.
En outre, les Œuvres pontificales missionnaires du Tchad se proposent de reprendre le thème du Mois missionnaire extraordinaire, « Baptisés et envoyés, l’Eglise du Christ en mission dans le monde » pour la retraite de Carême de cette année 2020 pour les Diocèses qui le désirent, en mettant en évidence la mission du Christ, le lien entre Missio ad gentes et Œuvres pontificales missionnaires, la figure de la Vénérable Marie Pauline Jaricot et la mission des baptisés.
En ce qui concerne la connaissance et l’appropriation des Œuvres et de la Missio Ad Gentes, il a été proposé à l’Assemblée Générale Ordinaire de Evêque du Tchad l’enseignement des Œuvres pontificales missionnaires et la Missio Ad Gentes dans les Séminaires et les Instituts religieux à la suite du cours de Missiologie ; et aussi voir les possibilités de les introduire dans la catéchèse et la formation des catéchistes.
L’Assemblée Nationale des Œuvres pontificales missionnaires-TCHAD propose que la célébration du Mois Missionnaire Extraordinaire soit inscrite dans la dynamique de la célébration du Centenaire de l’évangélisation au Tchad qui se pointe à l’horizon d’ici 10 ans. Le Guide du Mois missionnaire extraordinaire pourrait servir à la préparation de cette célébration. L’objectif de cette proposition est de permettre aux fidèles de bien vivre les acquis de la mission afin de comprendre que chaque baptisé est un envoyé pour porter l’Evangile aux périphéries.
Enfin, le Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Tchad participera au deuxième pèlerinage international des Œuvres pontificales missionnaires pour le Mois Missionnaire Extraordinaire à Lourdes, du lundi 11 mai au jeudi 14 mai 2020 sur le thème : « Marie, première missionnaire : je suis l’Immaculée Conception ».
Categorie: De l’Eglise

ASIE/THAILANDE - Poursuite de l’effet missionnaire de la visite apostolique du Pape dans le pays

Fides FR - www.fides.org - Gio, 02/01/2020 - 10:50
Chiang Mai – « La visite du Pape François en novembre dernier, a eu un effet missionnaire incroyable . Elle a permis aux Thaïlandais de connaitre de manière approfondie la réalité éducative, caritative et spirituelle de la petite Eglise locale ». Dans la note de vœux parvenue à l’Agence Fides à l’occasion de Noel, le Père Attilio De Battisti, missionnaire Fidei donum à Chiang Mai, a mis en évidence le climat de communion perdurant bien vivant depuis cet événement. « La nouvelle de sa venue était dans l’air depuis des mois mais, pour des raisons diplomatiques, elle a été rendue publique peu avant. La communauté chrétienne s’est immédiatement activée et a mis en œuvre toutes ses compétences, énergies et ressources. Tous étaient conscients de l’importance de l’événement tant pour les quelques 380.000 catholiques que pour la société thaïlandaise, en majorité bouddhiste » explique le missionnaire. « Journaux télévisés, radios, revues et réseaux sociaux se sont remplis d’images, de témoignages, de traditions catholiques. Des matériels de diffusion publique d’excellente qualité ont été préparés. Les conférences de presse, les entretiens accordés, les danses, les chants ont été soignés. Les lieux officiels ont été décorés comme seul le raffinement thaïlandais sait le faire. Il ne s’agissait pas d’un étalage de grandeur mais d’une joie authentique de montrer le meilleur de soi au Pape et au monde. Tous ont mis du leur : les institutions civiles, les entreprises, les humbles et les membres des autres fois. Les Paroisses les plus reculées se sont elles aussi activées pour pouvoir participer à l’événement ».
« Le Diocèse de Bangkok s’est dépassé en ce qui concerne son hospitalité renommée – indique encore le Père De Battisti. Il a mis à disposition écoles, salons, stationnements, cuisines pour donner un logement à ceux qui devaient faire jusqu’à 10 à 15 heures de voyage en autobus. Des milliers de personnes sont également arrivées du Laos, du Vietnam et du Cambodge voisins pour rencontrer le Pape attendu que, pour des raisons politiques, ce dernier ne peut encore mettre les pieds chez eux. Il s’est agi d’une fête de couleurs, d’émotions et de signes. Il serait possible d’étudier la culture thaïlandaise seulement en regardant les vidéos de ces événements. En somme, une belle Thaïlande pour le Pape ».
Categorie: De l’Eglise

VATICAN - Chanteurs de l’Etoile provenant de sept nations européennes à la Messe du Pape le 1er janvier

Fides FR - www.fides.org - Gio, 02/01/2020 - 09:53
Cité du Vatican – Le 1er janvier, Solennité de la Très Sainte Vierge Marie, Mère de Dieu, comme c’est le cas désormais depuis 16 ans, une délégation de Chanteurs de l’Etoile de l’Œuvre pontificale de l’Enfance missionnaire, a participé à la Messe célébrée par le Pape François en la Basilique Saint-Pierre, pour la Journée mondiale de la Paix. Ainsi que l’indique la Direction nationale des Œuvres pontificales missionnaires de Confédération helvétique, à la Messe ont participé une délégation de Chanteurs de l’Etoile d’Horgen, dans le canton de Zurich, et des représentants venus d’Allemagne, d’Autriche, de Slovaquie, de Roumanie, de Hongrie et d’Italie.
Les Chanteurs de l’Etoile d’Horgen étaient arrivés à Rome avec leurs accompagnateurs au soir du 30 décembre. Ils ont rencontré leur compatriote, S.Em. le Cardinal Kurt Koch, Président du Conseil pontificale pour la Promotion de l’Unité des chrétiens, qui les a accueillis avec joie et, après avoir écouté leurs chantes de Noel, les a bénis pour leur voyage à Rome et pour l’action des Chanteurs de l’Etoile en Suisse. Ils se sont ensuite rendus en visite à la Garde suisse pontificale. A la rencontre, était présente Sœur Roberta Tremarelli, Secrétaire général de l’Œuvre pontificale de l’Enfance missionnaire.
L’action des Chanteurs de l’Etoile est née en Allemagne et s’est répandue dans divers pays d’Europe, devenant désormais une tradition du temps de Noel. Des groupes d’enfants de l’Enfance missionnaire, vêtus comme des rois, des anges et des bergers et portant une étoile se rendent de maison en maison, en chantant des hymnes de Noel et en proclamant la Bonne Nouvelle de la naissance de Jésus. Ils portent la bénédiction “C+M+B” aux familles, recueillant des offrandes pour leurs camarades qui souffrent dans le monde entier.
Categorie: De l’Eglise

EUROPE/ROUMANIE - Premier Noel pour les jeunes membres de l’Enfance missionnaire

Fides FR - www.fides.org - Gio, 02/01/2020 - 09:19
Bucarest – Pour la première fois, les enfants missionnaires de Roumanie ont préparé et fêté ensemble Noel. Le 18 mai dernier en effet, un premier groupe d’enfants roumains était entré dans l’Œuvre pontificale de l’Enfance missionnaire dans le cadre d’une journée de fête et de sensibilisation . Le 20 décembre, les enfants missionnaires se sont retrouvés au siège des Œuvres pontificales missionnaires de Bucarest pour célébrer ensemble la naissance de Jésus. Selon les informations envoyées à Fides par la Direction nationale des Œuvres pontificales missionnaires, la fête a débuté par la Messe célébrée par le Père Eugen Blaj, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en l’église Sainte Marie Reine de Cioplea, Messe à laquelle ont participé les enfants en compagnie de leurs parents, de leurs frères, de leurs amis et de leurs animateurs.
Par la suite, a eu lieu la traditionnelle représentation de la scène de la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ, suivie par un jeu et par le partage de plats traditionnels que les parents avaient préparé. Les chants de Noel tout comme le sapin, éléments qui font partie de l’atmosphère de cette période, étaient aussi au rendez-vous. Toutefois le protagoniste de la rencontre a été l’Enfant Jésus. Au cours de l’Avent, en effet, les enfants missionnaires ont suivi un parcours qui les a aidés à se préparer au moment tant attendu au travers de bonnes actions et de petits sacrifices. Au cours de la première semaine, ils ont fait de petites économies pour les enfants les plus nécessiteux, apprenant ainsi à renoncer à des choses moins utiles en faveur de ceux qui vivent dans le besoin. Au cours de la deuxième semaine, ils ont décoré le sapin avec les bonnes actions qu’ils ont offert pour leurs êtres chers. La troisième semaine a été celle du « cadeau spécial » de Noel, préparé avec soin pour une personne que chacun perçoit comme « moins plaisante ». Les derniers jours de l’Avent ont été quant à eux réservés à la préparation de la Crèche, qui représente le cœur de chacun de nous et par suite doit être purifié de toute pensée, action ou intention qui pourrait créer un malaise pour accueillir l’Enfant Jésus.
Categorie: De l’Eglise

VATICAN - Les Missionnaires tués au cours de l'année 2019

Fides FR - www.fides.org - Lun, 30/12/2019 - 12:49
Cité du Vatican – « Je désire que la célébration des 100 ans de la Maximum illud, au mois d’octobre 2019, constitue un temps propice afin que la prière, le témoignage de tant de saints et de martyrs de la mission, la réflexion biblique et théologique, la catéchèse et la charité missionnaire contribuent à évangéliser d’abord et avant tout l’Eglise, de sorte qu’ayant retrouvé la fraîcheur et l’ardeur du premier amour pour le Seigneur crucifié et ressuscité, elle puisse évangéliser le monde avec crédibilité et efficacité évangélique ». C’est en ces termes, en s’adressant à l’Assemblée générale des Œuvres pontificales missionnaires, le 3 juin 2017, que le pape François indiquait le témoignage de tant de missionnaires ayant donné leur vie pour le Seigneur Jésus comme l’une des quatre dimensions à prendre en compte pour la célébration du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019.
Dans le sillage de ce temps spécial vécu par les communautés catholiques sous toutes les latitudes, temps qui a également été l’occasion de redécouvrir les figures de nombreux témoins de la foi des Eglises locales ayant dépensé leur vie pour l’Evangile dans les contextes et les situations les plus divers, l’Agence Fies poursuit son service consistant notamment à recueillir les informations relatives aux missionnaires tués au cours de l’année. Nous faisons usage du terme « missionnaire » pour tous les baptisés, conscients du fait que « en vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire. Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation » . Du reste, la liste annuelle établie par Fides depuis longtemps déjà ne concerne pas seulement les missionnaires ad gentes au sens strict mais tous les opérateurs pastoraux morts de façon violente, pas expressément « in odium fidei ». Pour ce motif, nous préférons ne pas utiliser le terme « martyr », sauf dans son sens étymologique de « témoin », pour ne pas devancer le jugement que l’Église pourra éventuellement donner à certains d’entre eux, les proposant, après un examen attentif, pour la béatification ou la canonisation.
Selon les informations recueillies par l’Agence Fides, au cours de l’année 2019, ont été tués de par le monde 29 missionnaires, en majorité des prêtres, à raison de 18 prêtres, 1 Diacre permanent, 2 religieux non prêtres, 2 religieuses et 6 laïcs.
En Afrique, ont été tués 19 prêtres, 1 séminariste et 1 laïque ; en Amérique, ont été tués 12 prêtres et 3 laïcs ; en Asie, ont été tués 3 prêtres et en Europe a été tué 1 prêtre . Après huit années consécutives durant lesquelles le nombre le plus élevé de missionnaires tués avait été enregistré en Amérique, depuis 2018, c’est l’Afrique qui se trouve au premier rang de ce classement tragique. En Afrique ont ainsi été tués 12 prêtres, un religieux non prêtre, une religieuse et une laïque . En Amérique ont en revanche été tués 6 prêtres, 1 Diacre permanent, 1 religieux non prêtre et 4 laïcs . En Asie, a été tuée une laïque alors qu’en Europe a été assassinée une religieuse.
Une autre note est donnée par le fait que s’enregistre une sorte de « mondialisation de la violence ». Si par le passé, les missionnaires tués étaient en grande partie concentrés dans une nation ou une zone géographique, en 2019, le phénomène apparait plus généralisé et plus diffus. Ont ainsi été baigné du sang des missionnaires 10 pays d’Afrique, 8 d’Amérique, 1 d’Asie et 1 d’Europe.
Link correlati :Texte complet de l'Edition spéciale de Fides Video
Categorie: De l’Eglise

Pagine